Tags
18.01.2012

« Dans la vie, il n'y a pas de solutions. Il y a des forces en marche : il faut les créer, et les solutions suivent. »
En prenant pour devise cette phrase d’Antoine de Saint-Exupéry, l’association Vol de Nuit s’investit depuis 2003 pour venir en aide aux enfants nécessiteux des banlieues de Buenos Aires et de Bahia Blanca en Argentine.

 

L’objectif est de leur apporter une aide matérielle d’urgence : nourriture, fournitures scolaires, restauration des classes, mobilier, vêtements, couvertures… S’y ajoute un soutien social et culturel afin d’aider ces enfants démunis à s’en sortir, en les préservant de la délinquance, de la mendicité, de la malnutrition et du manque de soins dans un environnement économique difficile.

La Fondation EDF organise pour la troisième fois les Trophées des Association. Un évènement qui consiste à faire connaître des associations au grand public. Les internautes peuvent soutenir l’association Vol de nuit en quelques cliques en se rendent sur cette page.

30 associations seront ensuite sélectionnées par un jury pour se partager une dotation de 300 000 euros !

Rappelons que le projet phare de Vol de nuit est la création d’un centre médico-social pour la population de Dique Lujan, qui en a terriblement besoin.

Pour en savoir plus rendez-vous sur la page consacrée à Vol de nuit !


15.05.2013

ENCORE UN LIVRE SUR SAINT-EX ?

La question est récurrente. Cependant, que nous avait-on dit sur le pilote durant son séjour en Argentine ? Qu’il y avait connu Consuelo. Tout le monde est d’accord, même si les circonstances de la rencontre ont donné cours à quelques fantasmes. Qu’il était parti fouiller la Cordillère des Andes à la recherche de son ami Guillaumet. Vrai aussi, mais là les écrits font souvent peu de cas de Pierre Deley, chef de l’escale de Santiago du Chili qui tint le rôle prépondérant dans l’affaire. Et enfin qu’il avait été « le directeur de l’Aeroposta Argentina », ne s’employant à faire que quelques vols d’inspection entre deux pages de « Vol de nuit ». Tout simplement parce que dans son œuvre, c’est ce qu’on croit comprendre.

Je savais déjà que ces raccourcis n’étaient qu’un reflet flou des seize mois du pilote Antoine de Saint Exupéry passés en terre australe. En outre, j’avais aussi compris que les historiens sud-américains ne trouvaient pas du tout leur compte dans les livres publiés en France. Il fallait donc arrêter de se bercer des écrits franco-français pour en juger.
 

Il convenait de partir sur ses traces et prendre langue avec les historiens locaux pour faire un travail sérieux. C’est ce que j’ai fait au cours d’une vingtaine de voyages étalés sur quatre années, en Argentine et en Uruguay. Passant au crible les ouvrages édités là-bas et les archives de ces pays, j’ai également obtenu le soutien du plus grand historien uruguayen.

J’ai retrouvé la piste du « Chef d’exploitation » de la société sœur de l’Aéropostale, et non directeur. J’ai surtout découvert en texte et en images le pilote découvreur, le pionnier de la Patagonie et l’homme capable d’assurer au débotté le remplacement du courrier vers le Brésil quand celui-ci s’abima dans le Rio de La Plata. J’y ai trouvé ce que je subodorais : un pilote appliqué, de grand talent, à l’audace discrète.

Dans cet ouvrage, j’ai relaté des faits authentiques, la plupart du temps soutenus par une iconographie inédite. Antoine de Saint Exupéry retrouve la place qui fut la sienne au milieu de ses collègues argentins et par conséquent dans l’histoire aéronautique de l’Argentine et de l’Uruguay.

Bernard Bacquié
Pilote écrivain
Editions Latérales: www.editionslaterales.com