Tags
Tags

 

http://www.60anslepetitprince.com/

 

L’année 2006 est marquée par le 60ème anniversaire du Petit Prince en France.
Publié pour la première fois en 1943 aux États-Unis, Le Petit Prince fait son apparition en France en avril 1946, publié par les éditions Gallimard.

 

De 1946 à 2006, le succès de cette œuvre ne s’est jamais démenti à travers les âges et les générations. Le Petit Prince fait partie de notre paysage intime, il est souvent désigné comme livre de chevet, livre-talisman, livre initiatique…

 

Le Petit Prince vit toujours à travers ses lecteurs et il habite tout spécialement des artistes, qui lui rendent aujourd’hui hommage à travers leurs arts...

08.02.2009

La France au SIEL 

L’Ambassade de France au Maroc participe au 15e Salon International de l’Edition et du Livre (SIEL) de Casablanca. Pour cette 15e  édition, le Sénégal est invité d’honneur et à travers lui l’ensemble des pays d’Afrique subsaharienne. 
« A cette occasion, le stand France rend hommage à Antoine de Saint Exupéry, figure emblématique de l’Aéropostale et écrivain humaniste. Trait d’union entre la France, le Maroc et l’Afrique subsaharienne, Saint Exupéry l’aura autant été dans son métier de pilote que dans sa vie d’écrivain et quelques unes des plus belles pages de son œuvre lui ont été inspirées par le désert. Quel livre, plus simplement que Le Petit Prince, aujourd’hui traduit en arabe et en amazigh, sait évoquer la fraternité humaine au-delà de toutes les différences qui rendent chaque être humain unique ? » a déclaré Jean-François Thibault, Ambassadeur de France au Maroc
 
15e Salon International de l’Edition et du Livre de Casablanca (SIEL)
Du 13 au 22 février 2009
 
Sur les traces de Saint Exupéry et de l’Aéropostale
L’Institut français de Casablanca fait revivre les aventures d’Antoine de Saint Exupéry et de l’Aéropostale au Maroc à travers une série de manifestations programmées sur un mois.
Organisé en collaboration avec l’Ambassade de France, cet hommage met en lumière deux événements majeurs. Tout d’abord, du 13 au 22 février, les éditions Aïni Bennaï présenteront la traduction en darija du Petit Prince au Salon international du livre à Casablanca. Ensuite,  sera célébré, le 90e anniversaire de la première liaison aérienne France-Maroc, qui eut lieu le 9 mars 1919 entre Toulouse et Casablanca, via Rabat.
« L’actualité nous donne l’occasion, à travers cette formule elliptique, de célébrer les aventures d’Antoine de Saint-Exupéry et de l’Aéropostale au Maroc. Ses rivages et son désert ont servi de terrain initiatique et de ferment à des expériences prodigieuses ou exaltantes et parfois poignantes.» Patrice Armengau, Directeur de l’Institut français de Casablanca
 
L’Institut français de Casablanca - L'épopée du Petit Prince au Maroc
Du 13 février au 13 mars 2009
 
Le Maroc, source d’inspiration
Il s’agit du premier hommage de cette importance rendu au Maroc à cette figure tutélaire de la littérature universelle, aventurier du désert et des airs, apôtre de la diversité culturelle.
Le Maroc a en effet offert à l’écrivain des expériences émotionnelles et professionnelles fortes ; de son aveu même, les années les plus belles qu’il ait vécues, ainsi que le cadre d’inspiration d’œuvres majeures : Courrier Sud, Terre des hommes, Le Petit Prince, Citadelle.
« J’ai vécu trois années dans le Sahara. J’ai rêvé, moi aussi, après tant d’autres, sur la magie. Quiconque a connu la vie saharienne où tout, en apparence, n’est que solitude et dénuement, pleure cependant ces années-là comme les plus belles qu’il ait vécues » Antoine de Saint Exupéry, Lettre à un otage
 
Le programme complet des deux événements dans l’agenda

12.02.2009 - 21.02.2009

Hommage à Antoine de Saint Exupéry durant ce 15e Salon international de l'édition et du livre (SIEL) de Casablanca. L’Ambassade de France au Maroc et l’Institut français de Casablanca proposent des conférences et une exposition autour de sa personnalité littéraire et de son œuvre, au Stand France et au Salon d’honneur de la Foire de Casablanca.

 
PROGRAMME 
Vendredi 13 février 2009 
Inauguration de l’exposition : Métamorphoses et éternité du Petit Prince 
 
Samedi 14 février 2009
10 h et 11 h Conte pour enfants : Il était une fois… Le Petit Prince
16 h 30 Conférence – lecture : Saint Exupéry et l’Aéropostale par François Gerber, auteur de Saint-Exupéry De la rive gauche à la guerre, et Bernard Chabbert au Salon d’honneur
 
Dimanche 15 février 2009
10 h et 11 h Conte pour enfants : Il était une fois… Le Petit Prince
14 h 30 Conférence-lecture : Saint Exupéry et le Maroc par François Gerber et Frédéric d’Agay, historien, éditeur et petit-neveu d’Antoine de Saint Exupéry au Salon d’honneur
16 h Conférence-lecture : Traduire le Petit Prince en amazigh 
 
Mardi 17 février 2009
14 h 30 Conférence-lecture : Genèse du Petit Prince par Delphine Lacroix, de la Succession Antoine de Saint-Exupéry, et Alban Cerisier, responsable du service patrimonial aux éditions Gallimard
 
 
Ambassade de France au Maroc
Service de Coopération et d’Action Culturelle
2 rue Ghandi – BP 181 Rabat
Tél : (+212) (0)37 20 92 25
Gsm : (+212) (0)51 48 03 83
Contact : Benoît Artige, Chargé de communication
13.02.2009 - 22.03.2009

 

L’Institut français de Casablanca fait revivre les aventures d’Antoine de Saint Exupéry et de l’Aéropostale au Maroc au travers d’une série de manifestations programmées du 13 février au 13 mars 2009. Organisée en collaboration avec l’Ambassade de France, ces manifestations mettent en lumière deux événements. Le premier est la publication du Petit Prince en darija que présenteront les éditions Aïni Bennaï au 15e Salon international de l’édition et du livre de Casablanca (SIEL). Le deuxième célèbre le 90e anniversaire de la première liaison aérienne France-Maroc, qui eut lieu le 9 mars 1919 entre Toulouse et Casablanca, via Rabat.
 
 
Expositions
"Métamorphoses et éternité du Petit Prince" sur la passion de l’écrivain pour le dessin
 
"Du vent, du sable et des étoiles" où la chronologie d’une vie et d’une oeuvre
 
"Antoine de Saint Exupéry, l’homme aux multiples visages" décrypte la personnalité riche et complexe de Saint Exupéry 
 
"Mémoire d’Aéropostale" à l’Agence des Habous de Royal Air Maroc (14 rue Constantinople), l’un des 11 musées permanents installés par l’association Mémoire d’Aéropostale, sur la plupart des escales de la ligne
 
"Courrier Sud", photographies et montage sonore d’Arnaud Contreras
 
"Affiches d’Air France", la compagnie aérienne expose sa collection d’affiches de créateurs prestigieux au restaurant cafeteria de l’Institut Français de Casablanca.
 
"Hommage philatélique à l’Aéropostale", l’histoire de l’Aéropostale et son intime relation avec le Maroc à travers une collection de timbres.
 
Ateliers d’illustrations pour les enfants
En marge de l’exposition de dessins de Saint Exupéry, présentée à Institut Français de Casablanca (IFC), 3 ateliers d’illustrations seront proposés et animés par Nathalie Logié, illustratrice de livres de jeunesse. Participation aux frais (matériel) : 20dh. Nombre de places limitées, inscriptions obligatoires à l’accueil de l’Institut Français de Casablanca.
Mercredi 25 février de 14h30 à 16h30 pour les 6-8 ans
Samedi 28 février de 14h30 à 17h pour les 9-11 ans
Mercredi 4 mars de 14h30 à 17h pour les 9-11 ans
 
Cinéma et plus…
Vendredi 13 mars à 20 h 30, jeudi 21 février et vendredi 13 mars à 20 h au Théâtre 21
Trois soirées « ciné-concert-lectures » mêleront fiction, documentaires, textes de Saint Exupéry et interludes musicaux. Festival de cinéma autour de Saint Exupéry et de l’Aéropostale avec des films de différents formats, courts ou longs : Courrier sud, Night Flight (Vol de nuit), Week-end à Alger, Un pont sur le Sahara, Atlantique Sud, Sur les routes du ciel, Visages d’Antoine de Saint Exupéry A la recherche de Saint Exupéry.
 
Conférence
Vendredi 13 février 2009 à 19 h 
Histoire de l’Aéropostale, de l’esprit de ligne aux « bouffeurs d’horizon »
Par Bernard Chabbert, journaliste, spécialiste de l’aviation à la médiathèque de l’Institut français de Casablanca
 
Mardi 17 février 2009 à 19 h
Sur les traces de Saint-Exupéry et du Petit Prince
Par Delphine Lacroix et Alban Cerisier
 
Théâtre
Dimanche 15 février 2009 à 18 h 
Pièce de théâtre : Le Petit Prince
Mis en scène par Virgil Tanase, Tout public à partir de 6 ans
 
Institut Français de Casablanca
121, boulevard Zerktouni
20100 Casablanca
Maroc
Tél : (+22) (0) 77 98 70 et 79

15.02.2009
IWC Schaffhausen a reversé la totalité du produit de la vente aux enchères de la montre en platine Terre des hommes au Sipar. Le 6 février 2009, Andreas Boesch - directeur d'IWC Singapour - faisait spécialement le déplacement à Phnom Penh (Cambodge) pour remettre un chèque de 46.700 $ à Sothik Hok - directeur du Sipar Cambodge.
 
Lors de cette journée de bienfaisance, Andreas Boesch a suivi sur le terrain les membres du Sipar dans leurs activités de lutte contre l’illettrisme source de pauvreté au Cambodge.
Le matin, les deux directeurs ont accompagné la tournée d’un bibliobus. Chargée de caisses, la camionnette conduite par son bibliothécaire chauffeur, s’est rendue dans un petit village de la banlieue de Phnom Penh. Fort attendue par les enfants non scolarisés, le bibliothécaire du Sipar a entamé la lecture d’un conte puis distribué des coloriages. En fin de séance, les enfants ont pu emprunter des livres qu’ils rendront lors du prochain passage du bibliobus la semaine suivante.
 
L’après midi, Andreas Boesch a pu découvrir les activités d’édition de livres en langue khmère du Sipar. L’association est d’ailleurs à l’origine du Petit Prince en khmère. Rédacteur, traducteur, graphiste, chacun a détaillé son rôle dans la fabrication du tout dernier livre. Cet ouvrage est un support d’éducation et de sensibilisation à l’environnement. Il est illustré d’exemples appliqués au Cambodge comme l’inquiétante disparition des mangroves qui met en danger les populations du continent asiatique.
 
En fin de journée, Andreas Boesch, entouré de l’équipe du Sipar a remis le chèque de 46.700 $à Sothik Hok. L’argent permettra de financer la construction d’une bibliothèque scolaire dans une école de la province de Kompong Thom.

09.03.2009

 

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis un chef d’entreprise dans le bâtiment et je dirige plus de 800 personnes à travers deux grosses sociétés.
 
Pourquoi Petite France ? Comment avez-vous construit ce village ?
Je suis un passionné de la France depuis plus de 30 ans ! 
Je suis venu plus de 50 fois dans votre pays ! 
J’aime la nature, les paysages, l’architecture, la culture, la nourriture et le vin ! 
J’avais un rêve : faire connaître à mes compatriotes toutes ces richesses à travers un village imaginaire, synthèse de différents styles traditionnels français. J’ai choisi un lieu beau et touristique (le lac de Gapyung à 60 km Est de Séoul.) à une heure de Séoul pour que les visiteurs puissent se détendre en famille. Chaque maison abrite une exposition sur la culture française. On peut aussi héberger des familles ou des jeunes couples qui viennent le week-end dans des maisons et chambres entièrement meublées d’objets anciens venus de France !
 
Saint-Exupéry et l’univers du Prince sont souvent représentés dans les rues et les maisons de Petite France...
Oui. Le village s’appelle « Petite France », mais c’est le Petit Prince qui accueille les visiteurs. On retrouve des statues des personnages dans tous les coins et les places, et aussi des fresques reproduisant les dessins du livre sur les maisons, dans les rues. Enfin, une maison entière sur 3 niveaux abrite une exposition permanente consacrée à Antoine de Saint-Exupéry, sa vie, son temps, son œuvre.
 
Le Petit Prince est-il un livre populaire en Corée ? 
Oui bien sur! Tout le monde connaît « Orin Wanja » (Le Petit Prince en coréen). La Corée détient le record du monde d’éditions différentes de ce livre avec plus de 350 ! Il y a même des mangas!
 
Comment est perçu Saint-Exupéry et son petit personnage ?
Antoine de Saint-Exupéry est connu en Corée pour être avant tout l’auteur du Petit Prince bien sur mais aussi pour sa vie riche et aventureuse. C’est une sorte de légende, de chevalier de l’aviation et aussi une référence philosophique et humaniste.
 
Quel est votre regard personnel sur l’œuvre d’Antoine de Saint-Exupéry et plus précisément sur Le Petit Prince ? 
Pour moi, il était évident que pour représenter la littérature française dans mon projet, je choisirai Saint-Exupéry. Il mélange le style et l’esprit français et en plus…il a écrit un des contes les plus fameux en Corée ! J’ai contacté les héritiers en France et ils ont toujours soutenu le projet. Nous travaillons aussi avec les services culturels français en Corée.
 
Quel est votre chapitre préféré du Petit Prince ?
C’est le passage du renard qui me semble le plus important : « L’essentiel est invisible pour les yeux ».
 
Pensez-vous que ce livre guide parfois votre vie ?
Bien sur! C’est pourquoi j’ai voulu concilier deux rêves en un : mon village français et l’évocation du Petit Prince comme principe de vie. C’est un livre et un personnage qui nous inspire avec des valeurs fondamentales comme le respect de l’autre, l’amitié, le respect de la planète.
 
Pouvez-vous nous dire précisément ce que les amoureux de Saint-Exupéry et du Petit Prince trouvent dans le village Petite France ?
Il y a une sale de projection de vidéos sur écran géant et de nombreuses adaptations du Petit Prince : théâtre, comédie musicales, opéras, films. On joue une adaptation théâtrale pour les enfants tous les WE. On peut acheter des souvenirs dans la boutique du Petit Prince. Il y a des concerts tous les jours sur la grande place du Village. Notre village est tellement spécial et réussi que la télévision l’a rendu tout de suite célèbre en tournant ici un « drama » qui a beaucoup de succès Bethoveen Virus et qui passe en continu sur les chaines. 
 
Quels sont les impressions des visiteurs sur l’exposition consacrée à Antoine de Saint-Exupéry et au Petit Pince? Combien de visiteurs comptez-vous ?
Nous attendons cette année 500 000 visiteurs. Séoul est une immense ville de plus de 26 millions d’habitants et les gens ont besoin de sortir le WE ! Les visiteurs sont absolument enchantés d’être accueillis par Orin Wanja, ils se font photographier devant toutes les statues et fresques ! Très peu en fait connaissent Saint-Exupéry et sa vie et l’exposition leur permet de découvrir sa vie incroyable en tant que pionnier de l’aviation et l’ensemble de son œuvre.
 
Site internet :http://www.pfcamp.com/
 
Voir tous les lieux dédiés à Saint-exupéry dans Les lieux
20.09.2009

L’édition intégrale du célèbre conte se décline en Pop up. 

Les aquarelles ont été façonnées en volume et en profondeur. Un savant assemblage de pattes et de tirettes, véritable mécanique de papier, crée les mouvements. 
 
Chef d’orchestre de cette interprétation ingénieuse, Gérard Lo Monaco raconte
«Je ne voulais pas proposer un nouveau produit dérivé. (…)  Cela m’a pris trois ans, en impliquant toute l’équipe : Emma Giuliani a travaillé sur les idées d’animations, Bernard Duisit, notre ingénieur papier qui a beaucoup de talent, a mis au point les mouvements et exécuté les tracés, enfin les Associés réunis ont assuré la fabrication et la mise au point technique».
 
Généralement les livres animés sont composés de 6 à 8 pages, l’originalité de celui-ci réside dans ses 72 pages ! Au total 160 000 exemplaires ont été imprimés à destination de l’Europe, des Etats-Unis, du Brésil et de la Corée. Le grand livre pop-up du Petit Prince est proposé en 14 langues : allemand, anglais, brésilien, catalan, coréen, danois, espagnol, finnois, grec, italien, japonais, néerlandais, norvégien, portugais, turc. 
 
L’édition française est assurée par Gallimard Jeunesse. La sortie en France est prévue le 24 septembre 2009.
 
Le grand livre Pop-up est en précommande sur la boutique Le Petit Prince
06.11.2009
Il y a 50 ans paraissait la première traduction du Petit Prince en russe : Маленкий принц prononcé « Malenkii Print ».
 
Eleonora Yakovlevna Galperina connue sous le nom de Nora Gal (1912-1991) est à l’origine de cette traduction. A une exception près, toutes les rééditions du Petit Prince en russe sont basées sur son travail. Lors des Rencontres des Bernardins en juin 2009, la fille de Nora Gal a généreusement offert le manuscrit original de sa mère à La Succession Saint-Exupéry représentée par Frédéric d’Agay. Ce fut un des moments émouvants de ces Rencontres. 
 
Depuis sa première parution dans une revue russe en 1959, Le Petit Prince fait l’objet d’une réédition presque chaque nouvelle année. Ces nouvelles éditions rivalisent de créativité pour  offrir  une couverture toujours plus audacieuse. Le personnage de Saint-Exupéry a ainsi touché de nombreux petits russophones de l’Europe centrale à l’Asie. Faut-il rappeler que de l’Allemagne à  la Corée, d’Israël à la Russie près de 250 millions de personnes parlent le russe à travers le monde ?  
 
Le Petit Prince au théâtre Strastnom de Moscou
Pour célébrer cet anniversaire Virgil Tanase a fait le déplacement avec toute sa troupe pour jouer le Petit Prince au théâtre Strastnom. Ce théâtre renommé est situé  au cœur de Moscou, à deux pas de la place Pouchkine. Les 2, 3 et 4 novembre le public a pu profiter de la pièce jouée en français et sous-titrée en russe. Ces représentations on été un succès et ont enchanté petits et grands. De nombreux spectateurs ont assisté au spectacle dont l’épouse de l’ambassadeur de France, Mme Catherine de Gliniasty. La pièce a aussi été remarquée par les médias qui ne manquèrent pas de souligner le caractère caritatif de l’évènement. Les bénéfices du spectacle sont reversés au SAMU social Moskva. 
 
Ce 50e anniversaire est couronné  par la sortie d’un CD audio de Malenkii Print lu par des comédiens éminemment célèbres en Russie.
18.11.2009
Une soirée caritative "Le Petit Prince, voir avec le cœur" est organisée le 18 novembre 2009 à la résidence des Ambassadeurs de France, à Moscou.
 
Cette soirée célèbre le 50e anniversaire de la 1ère traduction du Petit Prince en russe.
 
La soirée se composera d'une partie culturelle (lecture et opéra) et d'une vente aux enchères dont les bénéfices seront reversés au laboratoire diagnostique de l'hôpital national pédiatrique.
 
Organisée par la Succession Saint-Exupéry en partenariat avec le Rotary Club Moscow International et la Fondation Offre la vie, cet événement est particulièrement soutenu par la femme de l'Ambassadeur de France, Mme Catherine de Gliniasty. De nombreuses personnalités issues de l'élite du commerce russe, français et international sont conviées dans la prestigieuse maison des Ambassadeurs de France. Mme Svetlana Medvedeva, l’épouse glamour et moderne du président de Russie Dmitri Medvedev, devrait faire l'honneur de sa présence. 
 
Ambassade de France en Russie 
45, Bolchaïa Iakimanka
119049 Moscou 
Tél : (00 7 495) 937 15 00
03.01.2010

La version anglaise The Little Prince pop-up book a atteint la 10e place parmi les meilleures ventes de livres d’images pour enfants aux EU !  Cette annonce a été publiée par la très célèbre New York Times Book Review dans son numéro du 27 décembre 2009. La « New York Times best Seller list » s'appuie sur un sondage effectué auprès de libraires sélectionnés et interviewés sur leurs meilleures ventes.

The Little Prince, by Antoine de Saint-Exupéry (HMH, $35) 

 

 

13.01.2010

 

1er prix Fu Lei de traduction et de publication

Ma Zhencheng (马振骋 en chinois), traducteur chinois de Pilote de guerre a reçu le 1er prix Fu Lei, dimanche 6 décembre 2009, à l’université de Beida de Pékin. Le prix couronne son travail de traduction pour Les essais de Montaigne, publié chez Shanghai Book Store Publishing House en mars 2009. Le prix Fu Lei lui a été remis par Jean-Marie Gustave Le Clézio, prix Nobel de littérature en 2008. « C’est le moment le plus saillant de ma vie » a déclaré ému Ma Zhencheng, âgé de 65 ans.

 

Fu Lei (1908-1966) est le nom d’un grand traducteur chinois de littérature française. Le prix Fu Lei récompense le traducteur et l’éditeur d’une œuvre française traduite en chinois et publiée en Chine continentale. Le jury est composé de traducteurs, auteurs et universitaires chinois et français. En créant ce nouveau prix, l’ambassade de France souhaite créer un prix à forte influence internationale, « sortir les traducteurs de l’ombre » indiquait Christine Cornet, attachée culturelle de l’ambassade de France en Chine.

 

La maison d’édition Shanghai Book Store et Ma Zhencheng ont reçu 4000 € chacun.


Le Petit Prince de Joann Sfar en chinois par LI Hongfeng  
Chaque année depuis sa création en 1991, le programme d’aide à la publication Fu Lei de l’Ambassade de France soutient la parution de près de 70 titres français traduits en chinois. La version chinoise de la bande dessinée Le Petit Prince signée Joann Sfar a bénéficié de ce plan d’aide en 2008 et LI Hongfeng (李洪峰 en chinois) a réalisé la traduction.

Titre du livre (en hanzi) : 小王子
Titre du livre (en pinyin) : Xiao Wang Zi
Livre paru : Janvier 2009
Maison d'édition : Beijing Holybird Culture Development (Publisher) Co., Ltd. 北京神鸟文化发展有限公司
Nom du traducteur : 李洪峰 LI Hongfeng    

31.01.2010

Est-il nécessaire de rappeler que Le Petit Prince est l’ouvrage de littérature française le plus traduit dans le monde ? Aujourd’hui, près de 230 langues sont recensées. Et chaque année s’enrichit de nouvelles traductions!

 

Le Petit Prince chez les ch’tis

Le picard, devenu très célèbre depuis la sortie du film Bienvenue chez les ch’tis, touche aussi Le Petit Prince. Après avoir traduit plusieurs albums de Tintin, Bruno Delmotte, s’est enthousiasmé à transcrire les subtilités de cette langue charnue pour offrir une nouvelle version du conte de Saint-Exupéry. Langue romane, le picard a des origines communes avec le français. Il est parlé en France dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie, et dans l’ouest de la Belgique romane en province de Hainaut. Bruno Delmotte anime les ateliers de picard à la Maison de la Culture de Tournai et s’attache à retrouver cette identité régionale. Pour lui, mieux penser son identité c’est être plus sensible aux particularités des autres. El’ Pétit Prince sera prochainement disponible aux éditions Tintenfass.

 

Bientôt Le Petit Prince en laze !

En 2006, une traduction du Petit Prince en laze a été réalisée par Sinan Badipi. Mais la publication du conte a été interrompue par la maison d’édition française qui détient les droits et exerce un contrôle de qualité sur toutes les traductions. Depuis l’été 2009, l’Association de culture laze et la maison d’édition française ont repris les échanges et devraient permettre la rencontre entre Le Petit Prince et le public laze en 2010. Le laze ou laz est une langue vernaculaire. Il est essentiellement parlé en Géorgie et en Turquie. Les lazes sont estimés de 200 000 à 1,5 millions selon les sources. Le laze est répertorié dans la famille des langues caucasiennes tout comme le géorgien, le mingrélien et le svane. Certains lui prêtent des similarités avec le basque. Le laze est recensé parmi les langues en danger selon les critères de l’UNESCO.

26.03.2010 - 28.03.2010
L’abbatiale Saint-Ouen de Rouen, l’un des principaux monuments de la ville de Seine-Maritime, ouvre ses portes du 26 au 28 mars 2010 au 13e Salon du Livre ancien.
 
La littérature jeunesse sera à l’honneur avec une exposition sur le Petit Prince de Saint Exupéry. L’exposition D’un Petit Prince à l’autre… présentera une collection d’éditions étrangères et les partis pris très variés des éditeurs pour illustrer les couvertures.
 
Abbatiale Saint-Ouen de Rouen
Place du Général de Gaulle 
76000 Rouen
Tel : 02 35 98 63 06
 
HORAIRES
Vendredi 26 mars 2010 de 17 h à 20 h
Samedi  27 mars 2010 de 10 h à 19 h
Dimanche 28 mars 2010 de 10 h à 18 h
 
TARIF
Entrée libre
10.01.2011

 

Depuis qu’André Gide a préfacé Vol de nuit, des personnalités exceptionnelles ont tenu à recommander aux lecteurs des différents pays les ouvrages d’Antoine de Saint-Exupéry qu’ils estiment et auquel ils sont attachés par des affinités profondes. Deux préfaces retiennent particulièrement l’attention parce qu’elles ne sont pas dues à des gens de lettres.
 
 Un texte de Raymond Aron ouvre l’édition posthume des Écrits de guerre. Roger Caillois met sa plume autant habile que savante au service des Œuvres complètes d’Antoine de Saint-Exupéry publiées en 1959 dans la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade. En Italie, les livres d’Antoine de Saint-Exupéry sont introduits par des hommes de lettres aussi éminents qu’Enrico Groppali, Renato Barilli ou Leopoldo Carra. Le romancier colombien Pedro Sorela écrit la préface pour une édition espagnole de Terre des hommes et le grand poète Ruy Belo signe celle d’une des éditions portugaises de Citadelle. Contribution collatérale, Umberto Eco signe la préface à l’édition italienne de la BD d’Hugo Pratt (1995) Saint-Exupéry : Le dernier vol : « Certains auteurs deviennent des mythes. A cause de ce qu’ils ont écrit, mais aussi, dans une certaine mesure, indépendamment de ce qu’ils ont écrit. Parfois leur œuvre devient une glose sur leur vie elle-même, tout au moins pour ceux qui lui vouent un culte. »
 
Anne Morrow-Lindbergh avait déjà préfacé Wind, Sand ans Stars, la version anglaise de Terre des hommes. L’ouvrage est publié en 1939 sans la préface qui est ajoutée dans les éditions de 1940. Anne Morrow-Lindbergh reprend la plume quarante ans plus tard pour préfacer l’édition américaine des Écrits de guerre. 
 
Auteur de livres et de recueils poétiques, Anne Morrow-Lindbergh, l’épouse du célèbre aviateur, est aussi pilote et ses livres les plus connus racontent ses exploits. 
 
Au-delà de quelques anecdotes concernant leur première rencontre et les moments qu’Antoine de Saint-Exupéry a passé chez les Lindbergh à Long Island, l’auteur de la préface nous fait remarquer à quel point la philosophie morale de l’écrivain traverse sans dommage le temps. L’aviation a énormément évolué et l’homme a débarqué sur la lune mais le discours prophétique d’Antoine de Saint-Exupéry est toujours d’actualité. Les Écrits de guerre, volume posthume, qu’Anne Morrow-Lindbergh compare au revers d’une tapisserie où l’on voit les nœuds et les fils cassés, reste le témoignage bouleversant d’un homme engagé qui veut reprendre le combat pour délivrer son pays. Il est pourtant inquiet, le monde issu de la guerre risque d’être dépourvu de spiritualité.
 
« Il est certain que nous sommes aujourd’hui enfin prêts à entendre son plaidoyer pour la paix, né de sa haine de la guerre, rédigé bien avant que la première bombe atomique ne tombe sur Hiroshima et que son pouvoir de destruction et de mort ne se soit répandu sur toute la terre pour atteindre ses dimensions d’aujourd’hui. » note Anne Morrow-Lindbergh en 1984.
 
Écrite en 2006 pour accompagner l’album  Dessins, aquarelles, pastels, plumes et crayons d’Antoine de Saint-Exupéry, la préface d’Hayao Miyazaki, dessinateur de manga et réalisateur de films d’animation connus dans le monde entier, est d’une autre trempe. 
 
Il n’a pas connu l’auteur, mort quand il avait 3 ans. Son émotion devant ses dessins est celle d’une rencontre avec « un être d’exception », réunit « des instants miraculeux qui cristallisent, sous une forme visible, l’esprit même de leur auteur ».
 
Hayao Miyazaki enfile les souvenirs personnels, l’image du petit prince dans la vitrine d’une banque, les références à la vie de son auteur : « un domaine inviolable » et même les ragots « On a prétendu qu’il était piètre aviateur, qu’il croulait sous les dettes, qu’il avait une maîtresse… » pour faire le portrait d’un « diamant ». Il oppose sa noblesse et sa quête du sens au monde d’aujourd’hui où « l’espèce humaine menace de devenir la cellule cancéreuse de notre planète » et où nous continuons à tuer tous les jours les Mozart qui nous habitent. En bon constructeur d’images animées, Hayao Miyazaki finit son texte en décrivant une scène qui semble s’animer sous nos yeux. Antoine de Saint-Exupéry aux commandes de son Breguet 14 survole le canal du Midi en route vers Alicante. Nous le suivons dans un appareil dont les ailes sont en bois, toile et fil de fer. Il nous fait signe de sa carlingue. Son avion s’éloigne, se fait de plus en plus petit avant de disparaître. 
 
« Amorçant notre descente vers ce bas monde, nous ressentons alors, plus nettement qu’avant, sa présence… ».
06.04.2017

«Le Petit Prince» célèbre sa 300e traduction pour le 90e anniversaire de la présence de l’auteur à Tarfaya (province de Laâyoune - Sakia Al Hamra).

C’est en dialecte Hassani que le célèbre chef d’œuvre d’Antoine Saint-Exupéry a été traduit.

 
 
La traduction a été accomplie avec le soutien du Conseil national des droits de l’homme du Maroc (CNDH), de la Fondation Phosboucrâa et du groupe OCP dans les régions sud du royaume.
 
 
«Un symbole fort car le Hassanya est la langue des tribus maures vivant à Cap Juby (l'actuelle Tarfaya) (…) qui a été une source d'inspiration majeure dans l'écriture» du livre, fait savoir la Fondation Antoine de Saint-Exupéry dans un communiqué.
«Le Hassanya est un dialecte arabe parlé au Sahara marocain. Sur une aire géographique très étendue, elle constitue la langue maternelle d’une population vivant de Oued Noun au Sud du Maroc, au fleuve du Sénégal au Sud de la Mauritanie. À l’origine dialecte des Bédouins, le hassanya se distingue par divers traits phonétiques et morphologiques», ajoute la Fondation.
 
 
Au total, le dialecte est parlé par trois millions de personnes. «Le Petit Prince» est désormais l’œuvre la plus traduite dans le monde, dépassant la Bible.
 
 
L’écrivain-aviateur avait découvert Tarfaya en 1927 alors qu’il était chef d’aéroplace de la compagnie Aéropostale Latécoère. Il y écrit son premier livre, «Courrier sud». A Tarfaya, un musée Saint-Exupéry existe depuis 2004 pour retracer l’histoire de l’Aéropostale sur la première ligne aérienne : Toulouse-Saint-Louis du Sénégal.