Tags
15.06.2010
 
Les quatre clichés inédits ont été remis au musée régional de l’air d’Angers-Marcé (Maine et Loire). Ils ont été retrouvés par hasard par le fils de Raymond Duriez en rangeant le garage.
 
Il a découvert une boîte en carton contenant des plans et des carnets de vols. Heureusement, il n’a pas jeté ces vieux papiers sans valeur pour lui mais les a donnés au musée. C’est dans cette boîte qu’ont été découvertes ces photos de Saint Exupéry.
 
Une légende immortalisée par un anonyme
Ces vues en noir et blanc ont vraisemblablement été prises par un photographe amateur. Saint Exupéry est en tenue d’aviateur et son nom est marqué sur son gilet. Il est pris sur le vif, dans le cockpit de son avion ou encore assis devant une table, fumant une cigarette. Monique Catta, nièce de l’aviateur, a formellement identifié son parent auprès de François Blondeau responsable du musée.
 
Sont-elles les dernières montrant Saint Exupéry ?
Elles seraient plus récentes que celles prises par John Phillips. Le journaliste américain avait réalisé un reportage photographique pour le magazine Life en mai 1944. Il avait passé vingt jours avec Saint Exupéry et ses compagnons du groupe de reconnaissance 2/33 alors basé à Alghero (Sardaigne). Pilote du groupe 2/33, Raymond Duriez serait un des derniers à avoir vu Antoine de Saint Exupéry. Le 31 juillet 1944, c’est lui qui l’aurait aidé à revêtir sa tenue d’aviateur et à s’installer dans le cockpit du P-38. Par ailleurs, les carnets de vols de Raymond Duriez, attestent que le P-38 n° 223 piloté par Saint Exupéry, connaissait de graves défaillances mécaniques.
 
Pour lors, ces photos ne donnent pas plus d’éclaircissements sur sa disparition et aucun élément ne permet de les dater du 31 juillet 1944. « Et après tout, tant mieux » déclarait Monique Catta, contacté lors de cette découverte fin 2009.