Vol de nuit : un livre, un film, un parfum...

En février 1931, Antoine de Saint-Exupéry revient d’Argentine avec le manuscrit de Vol de nuit. Préfacé par André Gide, le livre est imprimé par la NRF et obtient le prix Femina 1931, délivré par un jury composé exclusivement de femmes.

 

Dés 1932, l'ouvrage est traduit en anglais "Night Flight"  par Stuart Gilbert et diffusé au Royaume Uni par les éditions Desmond Harmsworth. Imprimé par The Century Co. aux États-Unis, Night Flight est déclaré Book of the Month Club, la plus grande distinction littéraire Outre-Atlantique.

 

En 1933, Clarence Brown réalise une adaptation cinématographique avec Clark Gable dans le rôle principal. Sorti en France en mars 1934, le film reste dix semaines à l'affiche et permet à Saint-Exupéry d'être découvert par un large public. Peu après le succès du film, les frères Guerlain créent le parfum du même nom présenté dans un flacon décoré d'hélices d'avion. 

 

Désormais célèbre, le roman  fait l'objet de nombreuses traductions préfigurant la notoriété internationale de son auteur.

Les reliures d'art de Paul Bonet

Aux bibliophiles qui aiment les ouvrages d’art qui habillent les textes, les éditions Gallimard ont voulu offrir des écrins exceptionnels aux livres d’Antoine de Saint-Exupéry.
 
Paul Bonet (1889-1971), un des plus réputés artistes du genre, est sollicité pour décorer les couvertures. Il a débute tardivement dans cet art, à l’âge de trente-cinq ans, mais devient vite célèbre pour ses reliures faites à la main et ses maquettes de reliures industrielles.
 
De 1941 à 1967, il réalise des couvertures recherchées pour les éditions Gallimard. Il pare les livres de reliures cartonnées, les couvre de toile de lin ou de cuir, avant de les orner d'un décor original.

 

Pour les ouvrages d’Antoine de Saint-Exupéry, il réalise des décors stylisés polychromes. Il dessine une hélice dans un tourbillon ou compose un jeu d’horizontales et de verticales rehaussés de dorures discrètes. Ces subtiles compositions graphiques sont déclinées dans différentes couleurs formant une série homogène.

Les brevets d'inventions de Saint-Exupéry

Une des facettes moins connues d’Antoine de Saint-Exupéry est celle d’inventeur.

 

Tirant des leçons de ses expériences en vol, il cherche sans cesse à améliorer les engins aériens. L'esprit en effervescence, il griffone des calculs et compose des schémas en marge de ses manuscrits ou sur les nappes en papier des bistrots. Lors de discussions avec son ami Jean-Marie Conty, qui a fait Polytechnique, il critique la rigueur scientifique et prône l’expérience des hommes qui risquent leur vie pour aller au-delà de ce que pensent les ingénieurs.

 

De 1934 à 1941, il dépose 11 brevets d’inventions techniques et 4 additifs (dont un sous le pseudonyme Max Ras) à l'Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) en France et 1 brevet aux États-Unis. Aucun de ces brevets ne lui apporte une rémunération quelconque. Mais tous sont conservés et certaines de ses idées se retrouvent encore aujourd'hui dans des appareils américains.