Une convention pour le patrimoine aéronautique

Une convention pour le patrimoine aéronautique

Body: 

 

Mercredi 5 mai 2010, Jean-François Georges, président de l’Aéro-Club de France a présenté la Convention sur le patrimoine aéronautique français, en partenariat avec le ministère de la Culture.
 
Conserver, restaurer, transmettre les objets et le patrimoine mobilier
Cette convention devrait assurer la préservation du patrimoine aéronautique, enfin reconnu pleinement en tant que « monument historique » L’objectif est multiple. Il s’agit d’identifier, recenser et décrire les objets (archives, aéronefs anciens, machines-outils, souvenirs de personnalités…) et le patrimoine mobilier (hangars, aérodromes…). Et, selon une méthodologie de conservation et de restauration, d’assurer la transmission de ce patrimoine vivant. Cette convention est l’aboutissement d’une campagne de sensibilisation engagée depuis une treizaine d’années auprès des autorités françaises (ministère de la Culture, ministère des Transports, DGAC, etc.). Grâce à cet accord, des mesures fiscales sont établies pour permettre le mécénat des entreprises.
 
Saint Exupéry et l’Aéro-Club de France
Créé en 1898, l’Aéro-Club de France est une société d’encouragement à la locomotion aérienne et le premier club national dédié à l’aéronautique. L’Aéro-Club crée les brevets qu’il délivre aux pilotes Santos-Dumont, les frères Wright, Blériot, Farman puis plus tard à Saint-Exupéry. En 1936, l’Aéro-Club inaugure son Grand Prix Littéraire ; Joseph Kessel et Saint Exupéry sont membres du jury. En 1945, le prix est remis à Saint Exupéry à titre posthume pour récompenser l’ensemble de son œuvre. Lors de la remise du prix 2004, Robert Boname lègue le dernier carnet de vol de Saint Exupéry à l’Aéro-club. Le carnet porte la mention du commandant Gavoille : « Mission Photo sur le sud de la France – Non rentré… » datée du 1er août 1944, le lendemain de la dernière mission de Saint Exupéry.
Image: 
Partager :