Découvrez les lieux de séjour d'Antoine de Saint Exupéry sur la planète Terre

Agay (France)

La soeur d’Antoine de Saint-Exupéry, Gabrielle, épouse Pierre de Giraud d’Agay en 1923. Le couple s’installe dans la propriété familiale à Agay dans le Var. Antoine de Saint-Exupéry leur rend visite et le 12 avril 1931, c’est à l’église d’Agay qu’il épouse Consuelo Suncin. Les mariés sont photographiés sur la terrase du château d’Agay qui domine la mer. C’est en effet sur une dive de rocher dans la partie Est de la Rade d’ Agay, qu’un fort est construit en 1636. Tourné vers la mer, il occupe un div de vue stratégique pour protéger les bateaux venus mouiller dans la baie. En 1750, le fort est transformé en château habité par la famille d’Agay. C’est en fait une grande bastide composée d’un rez-de-chaussée et de deux niveaux recouverts de tuiles. Le domaine se compose alors de bois, de vignes, d’arbres fruitiers et d’un troupeau de moutons. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’environnement immédiat ne change guère. Le 8 novembre 1942, les Alliés débarquent en Afrique du Nord et le 11 novembre l’armée allemande occupe la zone libre en France. Comme tous les habitants de la région, la famille d’Agay est évacuée et se réfugie à Cabris chez Marie de Saint-Exupéry. L’armée allemande occupe quelque temps le château avant de le détruire en mai 1944.


A voir

  • Au jardin du centre commercial des bastides d’Agay, une Fontaine pour le Petit Prince est dressée en hommage à Saint-Exupéry.
  • Une plaque commémorative est apposée sur le mur Ouest du phare de la Beaumette.

Alger (Algérie)

En 1935, Saint-Exupéry participe à la réalisation d’un court-métrage publicitaire : Week-end à Alger pour le service des relations publiques d’Air France. Il accompagne l’équipe sur les lieux de tournage, mais il semble que sa contribution ait été surtout technique. Il revient à Alger en avril 1943 pour réintégré le groupe 2/33, rattaché à l’unité de reconnaissance photographique Alliée en Méditerranée. Trop âgé pour piloter les P-38, il sollicite les généraux René Chambe et Henri Giraud pour obtenir une dispense exceptionnelle. À Alger, où il passe plusieurs semaines, il loge chez le docteur Pélissier. En août, il revient après une mise à pied et rencontre de nombreux hommes de lettres qui ont quitté la France occupée, dont André Gide, Emmanuel Bove, Jean Amrouche et Joseph Kessel. En 1944, John Phillips, jeune photographe de presse envoyé à Alger par la revue Life, lui consacre un reportage photographique. Sous le charme de l’écrivain, il décide de l’aider à retrouver sa place dans l’aviation militaire. Il intervient auprès de John Reagan Mc Carry, en charge de la photographie de presse, et du général Ira Eaker, commandant des forces aériennes Alliées en Méditerranée. C’est à cette époque que Saint-Exupéry rencontre Henri Frenay et Fernand Grenier, deux résistants qui ont rejoint le commandement du général de Gaulle et qui voient l’avantage à tirer de sa présence active dans les unités qui luttent pour la libération de la France. Ils appuient sa demande à être réintégré dans le groupe 2/33 auprès de René Bouscat, commandant des forces aériennes françaises libres.

Alicante (Espagne)

Engagé par la compagnie Latécoère en 1926, Antoine de Saint-Exupéry effectue le transport du courrier Toulouse-Alicante pendant l’année 1927. Dans Terre des hommes, il raconte ses débuts dans la compagnie « la crainte des montagnes d’Espagne » et « le soleil éclatant d’Alicante ».

Avord (France)

En 1922, alors qu’il effectue son service militaire, Antoine de Saint Exupéry passe avec succès le concours d’élève officier de réserve (E. O. R.). Il est envoyé au centre d’aviation militaire d’Avord où il suit des cours de pilotage. Il y fait la connaissance de Marcel Reine qu’il retrouvera plus tard sur les lignes aéropostales. Inauguré en 1912, le centre d’aviation d’Avord a formé les pilotes qui se sont illustrés pendant la Guerre de 1914-1918, tels Fonck ou Guynemer avant que Mermoz et Saint-Exupéry y viennent.


A voir

  • Aujourd’hui la centre d’aviation se nomme la base aérienne 702, Avenue de Bourges, 18520 Avord.

Barcelone (Espagne)

En 1936, le journal L’Intransigeant dépêche Saint-Exupéry à Barcelone pour réaliser des reportages sur la guerre civile espagnole. Il rédige une série d’articles publiés du 12 au 19 août 1936 sous le titre générique L’Espagne ensanglantée.

Bevin House et Northport (Long Island, Etats-Unis)

Consuelo, qui se plait guère à Westport dans le Connecticut, trouve au nord de Long Island, dans le village Asharoken, la maison qui lui convient. Le couple aménage dans la vaste résidence en bois dans les premiers mois de l’année 1942. Construite en 1862 par un riche armateur new-yorkais, la maison est de style victorien et compte 22 pièces. Antoine de Saint-Exupéry installe son bureau au rez-de-chaussée, dans une pièce avec un immense bow-window. Il laisse le reste de la maison et la terrasse du toit à Consuelo qui organise des fêtes auxquelles participent artistes et hommes de lettres français et étrangers. Antoine travaille à Citadelle et à un conte pour enfants qu’il a finalement décidé d’illustrer lui-même, peu convaincu par les dessins trop élaborés de son ami Bernard Lamotte. Aujourd’hui surnommé « La Maison du Petit Prince », le manoir a subi des agrandissements par les nouveaux propriétaires. En souvenir de la présence d’Antoine de Saint-Exupéry à Northport, une statue du Petit Prince, œuvre de Winifred S. de Witt Gantz, a été dévoilée le 16 septembre 2006, dans la cour de la bibliothèque municipale.


A voir

  • Bevin House – Maison du Petit Prince 76 Bevin Road, Asharoken, New York (NY 11 768)
  • East Northport Public Library -Bibliothèque publique de Northport
  • 151 Laurel Avenue, Northport, NY 11768 / 185 Larkfield Road, East Northport, NY 11731 La statue du Petit Prince vous accueille à l’entrée du bâtiment

Borgo (France)

En juillet 1944, le groupe de reconnaissance 2/33 auquel appartient Antoine de Saint-Exupéry est transféré à Borgo, au sud de Bastia, en Haute-Corse. C’est de la base de Borgo qu’Antoine de Saint-Exupéry s’envole aux commandes du Lightning P38 N° 223, pour sa dernière mission de reconnaissance cartographique de la zone Grenoble-Annecy le 31 juillet 1944.


A voir

  • À l’aéroport de Bastia-Poretta, une stèle est érigée près de l’entrée de l’aérogare. Chaque année, une cérémonie commémore la disparition de l’aviateur écrivain.
  • Au village de Borgo, une plaque sur une façade de la place Morati rappelle l’histoire du village et fait mention de Saint-Exupéry.

Buenos Aires (Argentine)

Nommé directeur d’exploitation de l’Aéroposta Argentina, Antoine de Saint-Exupéry est envoyé à Buenos Aires en septembre 1929. Il rejoint ses camarades Marcel Reine, Henri Guillaumet et Jean Mermoz. Les bureaux de l’Aéroposta Argentina sont situés rue Reconquista. Il loge deux rue plus loin, calle Florida dans un meublé situé au 8e étage de la très chic Galeria Güemes. Construit en 1915, la galerie est le premier gratte-ciel de Buenos Aires, composé de 14 étages et d’un mirador culminant à 87 m. Dans la baignoire de son meublé, Saint-Exupéry héberge un bébé phoque. C’est durant ce séjour, que l’écrivain Benjamin Crémieux lui présente sa future épouse, Consuelo. En janvier 1931, sa mère lui rend visite et ils repartent ensemble pour le France en février. Dans ses bagages, il emporte les notes pour son prochain livre : Vol de nuit. Fin mars, alors que l’Aéropostale est en liquidation judiciaire, solidaire de Daurat et Massimi, il décide de ne pas regagner l’Argentine.


A voir

  • Galeria Güemes, calle Florida, departemento 605 Buenos Aires
  • L’aéroport Jorge Newbery, à proximité du Musée de l’Aviation. Une stèle rend hommage aux aviateurs français, pionniers de l’Aéropostale en Argentine.

Cabris (France)

Après la vente du château de Saint-Maurice de Rémens, Marie de Saint-Exupéry s’installe à Cannes puis dans une petite maison à proximité du village de Cabris (Alpes-Maritimes) en 1938. Elle se consacre à la peinture. La porte de sa maison est ouverte aux enfants du village qu’elle réunit
autour de goûters. Elle leur raconte des histoires, leur fait jouer la comédie, leurs apprend des chansons comme elle le faisait avec ses propres enfants. Elle demeure à Cabris jusqu’à son décès en 1972.


A voir

  • La place Antoine de Saint-Exupéry se trouve au centre du village.
    Une plaque représente Antoine et sa mère.

Cap Juby (Tarfaya) (Protectorat espagnol du Maroc)

L’aéroplace de Cap Juby était une des escales pour les appareils de la Compagnie Latécoère qui reliaient Casablanca à Dakar. En 1925, Francisco Cervera construit à proximité du fort espagnol deux hangars pour les besoins de la Compagnie. En octobre 1927, Antoine de Saint Exupéry est nommé chef d’aéroplace à Cap Juby (aujourd’hui Tarfaya) et le restera jusqu’à la fin de l’année 1928. Il doit porter secours aux pilotes perdus dans le désert. Il doit négocier avec les chefs berbères, la libération de ceux pris en otage, ce qui lui vaut la Légion d’honneur au titre de l’Aéronautique civile, le 7 avril 1930. C’est ici, dans le fort de Cap Juby, qu’il met la dernière main au roman qu’il est train d’écrire : Courrier Sud. Des réminiscences de ce long séjour dans le désert peuvent être trouvées dans Le Petit Prince et Citadelle. Aujourd’hui, le fort et la piste de Cap Juby sont classés patrimoine mondial par l’UNESCO. Chaque année la piste historique de l’ancien aérodrome accueille les participants au rallye Toulouse -Saint Louis du Sénégal.


A voir

  • Le Musée de l’Aéropostale (nommé aussi Musée Antoine de Saint-Exupéry) est hébergé par La Maison de l’Initiative. Inauguré en 2004, le musée est à la fois un hommage à l’auteur du Petit Prince et à l’épopée de l’Aéropostale.
  • Un monument représentant un Bréguet 14 dédié à la mémoire d’Antoine de Saint-Exupéry prend place devant le musée.
  • La piste historique de l’ancien aérodrome de Tarfaya, vestige de l’Aéropostale.

Casablanca (Maroc)

La premier séjour marocain de Saint-Exupéry est en juillet 1921 alors qu’il effectue son service militaire. Il est transféré au 37e régiment d’aviation cantonné dans les environs de Casablanca . Tous les matins, il effectue plusieurs vols de courte durée à bord d’un Breguet 14. À la fin de l’été, il s’entraîne quotidiennement sur un parcours triangulaire de quelques 250 km entre Casablanca, Berrechid et Rabat. En 1927, il assure pendant six mois, les vols Toulouse-Casablanca et Casablanca-Dakar. Lors d’une escale, il se rend à la forteresse de Boulaouane et rencontre le caïd Tounsi, chef de la tribu des Aoûnate. En juillet 1931, il reprend son travail sur les lignes africaines, après plusieurs mois de congé. Il vole de nuit sur un Laté 26 en compagnie de son radio, Jacques Neri. Il achemine le courrier venu de Casablanca à Port Etienne. Il quitte Casablanca le dimanche en fin d’après-midi pour Port-Etienne. Il y passe le reste de la semaine à attendre le courrier d’Amérique du Sud qui transite par Dakar et qu’il achemine jusqu’à Casablanca.

Chitré (France)

Le château de Chitré, situé à une trentaine de kilomètres de Poitiers, appartient depuis 1930 à Yvonne de Lestrange, cousine d’Antoine de Saint-Exupéry. Le château est cité dés le Xe siècle, détruit pendant la guerre de cent ans, reconstruit au XIVe siècle et restauré au XIXe. Après y avoir installé l’eau courante et l’électricité, elle y fait de longs séjours et organise des fêtes mondaines fastueuses. Pour lui tenir compagnie, elle invite Antoine de Saint-Exupéry et bon nombre d’amis dont André Gide et le groupe de La Nouvelle Revue Française.


A voir

  • Château de Chitré, 86210 Vouneuil sur Vienne, propriété privée, ne se visite pas.

Concordia (Argentine)

Vers 1929, à la suite d’une panne d’avion, Antoine de Saint-Exupéry est obligé d’atterrir près de Concordia. Il est accueilli par les Fuchs Valon qui habitent un manoir et l’invitent dans leur étrange demeure, le « château de légende » évoqué dans Terre des hommes. Ce château est en fait un « palacio » construit entre 1886 et 1888 par le français Eduardo de Machy. Il se trouve dans le parc de San Carlos, bordé par le Rio Uruguay. Laissé à l’abandon, l’édifice est en partie détruit par un incendie en 1938. Un projet de restauration de l’édifice a été lancé en 2009 pour faire de ce lieu historique, un espace culturel dédié aux pionniers de l’aviation.


A voir

  • Parc San Carlos, se trouve le palacio ou « château de légende » évoqué dans Terre des hommes. À proximité du « palacio », un monument dédié au Petit Prince, œuvre d’Amanda Mayor, inauguré en 1995.

Dakar (Sénégal)

En 1927, Antoine de Saint-Exupéry assure les vols Toulouse-Casablanca et Casablanca-Dakar. Atteint de fièvre dengue, une maladie tropicale grave, il est hospitalisé trois mois à Dakar, avant d’entrer en convalescence au château d’Agay, chez sa soeur Gabrielle. À Dakar, il fait la connaissance de Joseph-Marie Le Brix (1899-1931). En Octobre 1927, Joseph Le Brix et Dieudonné Costes réussissent la traversée de l’Atlantique Sud entre Saint-Louis au Sénégal et Natal au Brésil sur le Breguet 19 baptisé « Nungesser et Coli ». En 1932, Saint-Exupéry signe la préface du livre que lui consacre José le Boucher Le destin de Joseph-Marie Le Brix publié un an après sa mort. En 1937, de passage à Dakar, Saint-Exupéry ramène un lionceau à sa sœur Gabrielle.

Florianopolis (Argentine)

Sur le chemin de Natal à Buenos Aires, les pilotes de l’Aeroposta Argentina font escale à Campeche, un village de pêcheurs. Il est situé près de la ville de Florianópolis, capitale de l’île Santa Catarina, et de l’Etat du même nom. Les pilotes trouvent là un terrain où atterrir dans de bonnes conditions et peuvent se restaurer ou se reposer à la popote. On raconte que pour aider les pilotes à se repérer la nuit, les pêcheurs allumaient des lanternes qu’ils disposaient sur la colline. Saint-Exupéry se lie d’amitié avec les habitants du village. L’un d’eux, impressionné par sa taille, l’appelle « Zeperri ». La maison des pilotes, l’ancien aérodrome et les monuments sont en passe d’être inscrits au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.


A voir

  • L’ancien aérodrome et la popote des pilotes.
  • Avenue du Petit Prince, nom de la rue principale
  • Hôtel Zeperri, baptisé ainsi en souvenir de la présence de Saint-Exupéry à Florianópolis.

Fribourg (Suisse)

Antoine de Saint-Exupéry et son frère François sont pensionnaires à la Villa Saint-Jean à Fribourg en Suisse de janvier 1915 à juillet 1917. François Kieffer a fondé et dirige cette école en relation avec le collège Stanislas de Paris. L’enseignement des pères marianistes jouit d’une réputation flatteuse dans l’aristocratie française. L’internat comprend cinq bâtiments situés en bordure du bois de Pérolles. Les deux frères logent au bâtiment appelé « La Sapinière » où se trouvent la « congrégation de philo-math ». Antoine se lie avec Charles Sallès, Paul Michaud, Marc Sabran et Louis de Bonnevie, amitiés qui dureront jusqu’à l’âge adulte. En 1917, François, atteint de rhumatisme articulaire, quitte le collège pour Saint-Maurice avant la fin de l’année scolaire. Il meurt le 10 juillet 1917, à l’âge de 15 ans. En juin 1917, Antoine gagne Lyon pour passer son baccalauréat.


A voir

  • La plupart des bâtiments Villa Saint-Jean à Fribourg ont été détruit en 1981.

Hakoné (Japon)

Un musée du Petit Prince se trouve à Hakone, petite ville de 15 000 habitants non loin du Mont Fuji. Inauguré en 1999, le musée donne à découvrir Antoine de Saint-Exupéry resitué dans son époque. Le décor du musée est inspiré du château Saint-Maurice-de-Rémens où Saint-Exupéry a passé une partie de son enfance. Le portail d’entrée ouvre sur un jardin arboré et les visiteurs peuvent admirer la façade du château reproduite à l’identique. Étendu sur 10 000 m2, le musée recréer les ambiances dans lesquels il a vécu, du fort de Cap Juby à son meublé de Buenos Aires. Une façon originale de brosser les différentes facettes de l’écrivain, aviateur, homme engagé…


A voir

  • The Museum of The Little Prince in Hakone – Musée de Saint-Exupéry et du Petit Prince à Hakone, 909 Sengokuhara, Hakone-machi, Ashigarashimo-gun, Kanagawa-ken

La Môle (France)

Le Mans (France)

Sur demande de leur grand-père et pour se rapprocher de sa belle famille, Marie de Saint-Exupéry inscrit Antoine et son frère François au collège jésuite Notre-Dame-de-Sainte-Croix, au Mans, où ils font leur scolarité de 1909 à 1915. Elle loue une maison dans le même quartier, au 21 rue
du Clos-Margot. Lorsqu’elle quitte la ville pour s’occuper de ses filles restées à Lyon avec leur arrière-grand-tante la comtesse de Tricaud, Marie de Saint-Exupéry confie ses deux fils à leur tante Marguerite qui habite un hôtel directoire situé à proximité. Les enfants sont souvent
chez leur grand-père paternel, Fernand de Saint-Exupéry, qui habite au 39 rue Pierre-Belon. Il possède une demeure spacieuse, prolongée par un jardin planté de beaux arbres et de massifs de rhododendrons.


A voir

  • En 1949, l’entrée du collège Notre-Dame-de-Sainte-Croix située au 25, rue des Vignes est rebaptisée rue Saint-Exupéry.

Los Angeles (Californie, Etats-Unis)

Invité par Jean Renoir, Antoine de Saint-Exupéry se rend en Californie en août 1941. Il a l’espoir de faire avancer leur projet d’adapter au cinéma Terre des hommes. À Los Angeles, il est malade, en proie à des accès de fièvre inexpliqués. Il subit une opération mais des complications postopératoires le clouent à son lit d’hôpital. De la convalescence qui suit, datent les visites de René Clair apportant des crayons gras et d’Annabella qui lui offre les Contes d’Andersen. Il profite de ces semaines de repos forcé pour finir Pilote de guerre qui relate l’expédition sur Arras. Il se rend à Hollywood où il visite Pierre Lazareff à Fountain Avenue et rencontre les célébrités du cinéma dont Jean Gabin et Marlène Dietrich.

Madrid (Espagne)

En 1937, Antoine de Saint-Exupéry entreprend un deuxième voyage en Espagne, à la sollicitation, cette fois-ci, du journal Paris-Soir (appartenant, comme L’Intransigeant, au même Jean Prouvost). À Madrid, il loge à l’hôtel Florida (démoli depuis), fréquenté par Ernest Hemingway, John de Dos Passos et Henri Jeanson (envoyé du Canard enchainé) qui couvrent également l’événement. Il fait ses investigations du côté républicain et écrit plusieurs articles publiés en juin et juillet 1937.

;

Marseille (France)

Saint-Exupéry fait plusieurs séjours à Marseille. En août 1921, c’est de cette ville qu’il embarque sur un paquebot à destination de Casablanca pour rejoindre le 37e régiment d’aviation. En janvier 1922, il embarque à Tanger pour faire la traversée en sens inverse. En 1932, il est affecté au parcours Marseille-Alger sur hydravion par l’Aéropostale. En 1935, il accompli 11 000 km de Casablanca à Marseille pour une tournée de conférences autour de la Méditerranée afin de présenter Air France. En janvier 1936, après son sauvetage dans le désert, il embarque du Caire sur le paquebot Kawsar qui le débarque à Marseille. Lorsqu’il revient d’Alger en août 1940, c’est à Marseille qu’il arrive après sa traversée sur la paquebot « Lamoricière ». Et en novembre, c’est de cette ville qu’il voit pour la dernière fois son ami Henri Guillaumet. En 1998, une gourmette en argent portant le nom de Saint-Exupéry, est pêchée au large de Marseille. En 2000, plusieurs vestiges d’un avion de reconnaissance Lightning sont découverts près de l’île de Riou. En 2003, des pièces du P-38 piloté le 31 juillet 1944 par Antoine de Saint-Exupéry sont relevées de quelques 60 m de profondeur.


A voir

  • En 2009, une plaque commémorant le 65e anniversaire de la disparition de Saint-Exupéry est dévoilée par Jean-Claude Gaudin, maire de Marseille et destinée à l’îlot du Grand Congloué.

Mogador (Essaouira) (Maroc)

En 1936, Antoine de Saint-Exupéry participe au tournage de Courrier Sud à Mogador (aujourd’hui Essaouira). Pierre Billon réalise les scènes africaines du film, dont Saint-Exupéry a écrit le scénario en adaptant son roman publié en 1929. La production du film a engagé un pilote pour le Laté 28 prêté par Air France mais Antoine de Saint-Exupéry, engagé comme conseiller, prend volontiers sa place pour les scènes les plus périlleuses.

Montréal (Canada)

En mai 1942, Antoine de Saint-Exupéry est invité par un jeune éditeur de Montréal, Bernard Valiquette, à donner une série de conférences au Canada, pour la sortie de Pilote de guerre. Peu soucieux des formalités administratives, il ne vérifie pas la validité de son visa américain qui a expiré. Il ne peut retourner aux États-Unis et doit attendre la régularisation de son visa (cinq longues semaines) avant de retrouver New York. Pendant cet « exil dans l’exil », rendu plus pénible encore par une cholécystite, il est rejoint par Consuelo. Ils habitent l’hôtel Windsor, le plus réputé de Montreal. Il a accueilli nombre de personnalités illustres dont Sarah Bernhardt, Mark Twain, et Rudyard Kipling. « Ce séjour en face du téléphone et le nez contre la frontière est un véritable supplice chinois », écrit Antoine de Saint-Exupéry à son amie Natalie Paley. Détruit en 1957 par un incendie, le bâtiment de l’hôtel Windsor a été remplacé par une tour qui n’a gardé de l’ancien édifice que le nom.


A voir

  • Le Windsor, 1170 Peel Street, Montréal

Moscou (URSS)

En 1935, Paris-Soir engage Antoine de Saint-Exupéry pour faire une série de reportages à Moscou. Ce voyage intervient au moment de la signature d’un pacte d’assistance franco-soviétique, suivie de la visite à Moscou de Pierre Laval. Six articles de Saint-Exupéry sont publiés entre le 3 et le 22 mai 1935. Il y relate son voyage à travers l’Europe, l’arrivée en Union soviétique, les festivités du 1 mai, son entretien avec un juge. Dans celui publié le 20 mai, il retrace son vol du 17 mai, à bord du « Maxime Gorki », un Tupolev ANT-20. À l’époque le plus grand avion du monde, le « Maxime Gorki » s’écrase le lendemain suite à une collision avec un des chasseurs qui lui faisait escorte.

Natal (Brésil)

Natal est le div d’Amérique du Sud le plus rapproché de la côte africaine d’où l’Aéropostale envisageait de faire partir les avions devant assurer une liaison transatlantique exclusivement aéronautique. C’est donc à Natal qu’amerrit en 1930 l’hydravion de Jean Mermoz, premier pilote à accomplir cet exploit. En sa qualité de chef de l’Aeroposta Argentina, Antoine de Saint-Exupéry se rend à plusieurs reprises à Natal sans que l’on puisse établir avec précision les dates. On raconte qu’on peut encore y voir la maison où il aurait logé lors de ses différentes visites. On raconte que l’idée des baobabs qui menacent la planète du Petit Prince lui aurait été suggérée par un arbre géant vu à Natal.

New-York (Etats-Unis)

Hôtel Barbizon Plaza

106 Central Park

Antoine de Saint-Exupéry découvre New York le 11 janvier 1938 lorsque le paquebot « Ile-de-France », à bord duquel il a embarqué avec son mécanicien, André Prévot, le dépose à la Battery. Il est venu pour tenter le raid New York–Terre de Feu. En attendant que son Simoun F-ANXR, arrivé en pièces détachées dans la cale du même bateau, soit prêt à voler, il loge à l’hôtel Barbizon Plaza. Construit dans les années 1930, association de béton armé et de tuiles de verre phosphorescent, l’hôtel Barbizon est considéré comme l’architecture la plus luxueuse de ce quartier. Le 14 février 1938, ils quitte New York à bord du Simoun pour rejoindre Punta Arenas en Patagonie. Le 16 février, ils sont à à Guatemala City lorsque l’avion, trop chargé en carburant, s’écrase en bout de piste.


A voir

  • Barbizon Plaza Hotel, 106 Central Park South, New York, NY 10019

Hôtel Ritz-Carlton

 

50 Central Park South

Antoine de Saint-Exupéry revient à New York pour finir sa convalescence, après son grave accident à Guatemala City en février 1938. Il loge à l’hôtel Ritz-Carlton avant d’aménager dans l’appartement du colonel William Donovan. L’hôtel de luxe se trouve en bordure de mer et à quelques minutes de la 5ème Avenue et théâtres de Broadway. En décembre 1940 – janvier 1941, c’est encore au Ritz-Carlton qu’il descend, après 10 jours de traversée de l’Atlantique sur le paquebot « Siboney ». Il est venu visiter son éditeur à New York et participer aux manifestations prévues pour son livre Wind, Sand and Stars déclaré National Book Award aux États-Unis.


A voir

  • Ritz-Carlton Hotel, 50 Central Park South, New York, NY 10019

Appartement du colonel Donovan

Beekman Place

En 1938, Antoine de Saint-Exupéry loge plusieurs semaines dans l’appartement du colonel William Donovan, héros de la Grande Guerre, figure excentrique de Manhattan et ami de Nelly de Vogüé. Situé à l’angle de la 50e Rue, à Beekman Place, le luxueux appartement surplombe l’East River. En convalescence suite à son accident à Guatemala City, Antoine de Saint-Exupéry travaille à son prochain livre. Avec Lewis Galantière, il cherche comment transformer en un livre cohérent ses articles parus dans la presse et ses notes, proposés en vrac à ses éditeurs américains comme étant l’ébauche de son prochain récit : Terre des hommes (publié aux États-Unis sous le h1 Wind, Sand and Stars).


A voir

  • L’appartement du colonel William Donovan se trouvait à Beekman Place, à l’angle de la 50e Rue, New York

Appartement de Greta Garbo

Beekman Place

Au début de l’année 1942, Antoine de Saint-Exupéry et son épouse Consuelo quittent Bevin House (Long Island) pour s’installer dans l’appartement de Greta Garbo à Beeckman Place, dans la ville de New York. C’est là qu’il corrige en compagnie d’Annabella les premières épreuves du Petit Prince. Un de leur ami, l’écrivain Denis de Rougemont décrit l’appartement ainsi : « Je ne connais rien de plus charmant dans tout New York, moquettes fauves, grands miroits ternis, bibliothèque vert sombre et vieillotte, une sorte de patine vénitienne ».


A voir

  • Beekman Place, New York

Appartement

240 Central Park South

En janvier 1941, Antoine de Saint-Exupéry décide de quitter définitivement la France occupée et de s’établir à New York. Peggy Hitchcock et Elisabeth Reynal, les épouses de ses éditeurs américains, se mettent à deux pour lui dénicher un appartement convenable et le meubler. Elles le trouvent à l’avant-dernier étage d’un immeuble qui en compte 28. L’immeuble, en forme de fusée, vient d’être édifié par Albert Mayer et Julian Whittlesey, deux architectes à la mode. Lorsqu’en janvier 1942 Consuelo le rejoint à New York, Antoine de Saint-Exupéry loue pour elle un appartement plus grand, au 24e étage. L’écrivain Maurice Maeterlinck habite au 22e. Au rez-de-chaussée se trouve le Café Arnold où Saint-Exupéry a ses habitudes. C’est là qu’au cours d’un dîner en compagnie d’Eugen Reynal et de sa femme Elisabeth, celle-ci, en le voyant dessiner un personnage sur le menu, aurait eu l’idée de lui proposer d’écrire un conte pour enfants dont le héros serait ce petit bonhomme ailé.


A voir

  • Aujourd’hui, le 240, Central Park South n’est plus qu’un gratte-ciel parmi d’autres qui entourent le Colombus Circle à New York. Le café Arnold, a disparu depuis longtemps, remplacé par un restaurant.

The Pierpont Morgan Library

240 Central Park South

La Pierpont Morgan Library conserve le manuscrit du Petit Prince et les dessins en couleur sous la cote 131761. Ils ont été achjété à la famille de Sylvia Hamilton, amie d’Antoine de Saint-Exupéry. La Morgan Library conserve également le manuscrit Histoire de Babar le petit éléphant (1931) de Jean de Brunhoff (1899–1937) et bien d’autres manuscrits illustrés déstinés aux enfants. Ces manuscrits peuvent être considérés comme les pierres angulaires des livres pour enfants dans la littérarture du début du 20e. Pour les passionnés de littérature et d’histoire, cette bibliothèque mérite la visite.


A voir

  • The Pierpont Morgan Library, 225 Madison Avenue, New York, NY 10022

Atelier de Bernard Lamotte

3 East 52 Street

Saint-Exupéry rencontre Bernard Lamotte vers 1920 à l’École des Beaux-Arts où il est inscrit. En 1935, Bernard Lamotte quitte la France et s’établit à New York. Il épouse Lilyan White Kent, peintre et sculpteur, veuve d’un ancien président de la Fox. Il fréquente les milieux artistiques et compte parmi ses amis de nombreux acteurs de cinéma tels Charles Chaplin, Greta Garbo et Marlene Dietrich. Son atelier se trouve dans la 52e rue Est, au-dessus du restaurant La Grenouille fréquenté par la bohème new-yorkaise. Dès son arrivée à New York, Antoine de Saint-Exupéry lui rend visite accompagné de Jean Renoir. Il devient un familier des fêtes organisées dans l’atelier à la gloire duquel il compose des « odes ». Sur la table où Bernard Lamotte fait signer ses amis qui ajoutent parfois un p ou un dessin, il esquisse un petit bonhomme qui ressemble au Petit Prince.


A voir

  • La Grenouille, 3 East 52 Street, New York, NY 10022 Accrochée dans le restaurant, une plaque rappelle l’époque où les artistes français se réunissaient ici autour de Bernard Lamotte.

Librairie de France

425 East 58 Street

Saint-Exupéry fréquente le quartier de Manhattan entre 1941 et 1943. Entre l’appartement de son ami Bernard Lamotte sur la 52e Rue et ceux de Beekman Place et de Central Park South où il résida, La Librairie de France n’est qu’à deux pas. Située au coeur du Rockfeller Center, la Librairie de France est le rendez-vous des intellectuels français à New York. Elle a été fondée en 1935 par Isaac Molho, juif séfarade de Salonique, sur invitation de David Rockefeller. Face à la montée du nazisme, le milliardaire souhaitait proposer un lieu d’accueil des intellectuels français en exil. La librairie fait office de salon, lieu d’échange entre américains francophiles et intellectuels français de New York. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la librairie s’improvise maison d’édition et imprime des auteurs comme Jean-Gérard Fleury (Sud-Amérique), André Maurois (Tragédie en France), Jules Romains (Salsette découvre l’Amérique) et bien d’autres sous le nom d’Editions de la Maison Française. Maurice Maeterlinck, voisin de Saint-Exupéry lorsqu’il habite au 240 Central Park South, publie L’autre monde ou le cadran stellaire. Grâce à Isaac Molho, Pilote de Guerre est édité en 1942.


A voir

  • La Librairie de France qui a baissé le rideau en septembre 2009, se trouvait : 425 East 58 Street New York, NY 10022

Orconte (France)

En 1939, au moment où la France et l’Angleterre déclarent la guerre à l’Allemagne nazie, Antoine de Saint-Exupéry rejoint l’aviation militaire. Le 3 décembre 1939, il arrive à Orconte, en Champagne, où est basé le groupe de reconnaissance 2/33. Il s’installe dans une ferme dont il occupe le rez-de-chaussée. Les conditions de vie sont spartiates : il n’y a pas d’eau courante et le chauffage au bois est insuffisant. Il a un lit paysan et un gros édredon pour affronter un hiver particulièrement rigoureux. Pendant la « drôle de guerre » il retravaille le scénario de Igor et prend des notes pour une adaptation à l’écran de Terre des hommes. Dans ses carnets, il note de longues considérations concernant la guerre, le destin de l’homme et les principes d’une économie politique juste et viable. En avril 1940 le groupe 2/33 déménage à Athies-sous-Laon.


A voir

  • Aujourd’hui, la place centrale d’Orconte porte le nom d’Antoine de Saint-Exupéry et le terrain d’aviation du groupe 2/33 est redevenu un champ.

Paris (France)

Square Santiago du Chili

Paris 07

Ce jardin de quelques trois mille mètres carrés aménagé au pied du mur ouest de l’hôtel des Invalides abrite un buste d’Antoine de Saint-Exupéry, œuvre Madeleine Tezenas du Montcel.


A voir

  • Square Santiago du Chili, 1 avenue de la Motte Picquet, 75007 Paris
  • Un buste d’Antoine de Saint-Exupéry, œuvre de Madeleine Tezenas du Montcel.

Place du Panthéon

Paris 05

Erigée à la fin du XVIIIe siècle pour abriter les reliques de Sainte Geneviève, la basilique est devenue après la Révolution française un lieu laïque, destiné à abriter les sépulcres des personnalités les plus marquantes de la vie publique française. Écrivain de première main et aviateur renommé, mort pour la France, Antoine de Saint-Exupéry avait naturellement sa place à côté de Voltaire, Émile Zola ou André Malraux. Disparu en mer, la France a voulu lui rendre quand même l’hommage qui lui était dû et le 11 novembre 1967 une plaque est dévoilée sur une colonne du choeur : « À la mémoire de Antoine de Saint-Exupéry Poète, romancier et aviateur disparu au cours d’une mission de reconnaissance aérienne le 31 juillet 1944. »


A voir

  • Une inscription à la mémoire d’Antoine de Saint-Exupéry.

Musée de l’Air et de l’Espace

93350 Le Bourget

Remplacé par les aéroports d’Orly puis de Roissy, l’aéroport du Bourget abrite maintenant le Musée de l’Air et de l’Espace qui occupe le bâtiment principal, œuvre de l’architecte Georges Labro, inauguré le 12 novembre 1937. On y trouve une des plus riche collection d’avions historiques du monde. Dans le hall consacré au développement de l’aviation entre les deux guerres, Jean-Christophe Piffaut et Juan Pablo Sepùlveda Corradini ont aménagé un lieu de mémoire singulier et émouvant : l’Espace IWC / Saint-Exupéry est un hommage rendu au pionnier de l’aviation, au pilote de guerre et à l’écrivain. Des panneaux retracent l’histoire d’Antoine de Saint-Exupéry. On peut y voir des pièces du Lightning P38 F5B n° 223 qu’Antoine de Saint-Exupéry pilotait le 31 juillet 1944 et La gourmette portant son nom retrouvée au large de Marseille.


A voir

  • Musée de l’Air et de l’Espace, 93350 Le Bourget ; Métro : La Courneuve, puis le bus ligne 152 arrêt : Musée de l’Air et de l’Espace. RER B : Le Bourget, puis le bus 152 et 350, arrêt : Musée de l’Air et de l’Espace.

Aéroport du Bourget

93350 Le Bourget

Premier aéroport civil de Paris, aménagé en 1920, et le seul jusqu’à l’inauguration, en 1961, de l’aéroport d’Orly, Le Bourget est le témoin du développement de l’aviation française au XXe siècle. Promu lieutenant en octobre 1922, Antoine de Saint-Exupéry qui fait son service militaire est versé à sa demande au 34e régiment d’aviation basé au Bourget. Le 1er mai 1923, il embarque un collègue, pour un vol d’agrément sur un Hanriot HD-14 pour lequel il n’avait pas de licence. Au décollage, l’avion part en vrille et s’écrase au sol. Le passager a une fracture du crâne et Saint-Exupéry de nombreuses contusions. L’enquête établit que l’accident est dû à des erreurs de pilotage. Antoine de Saint-Exupéry est consigné au sol. Le 29 décembre 1935 à 7h01, Antoine de Saint-Exupéry décolle du Bourget, accompagné de son mécanicien André Prévot, pour un raid Paris-Saigon. Le 30 décembre à 2h45 du matin, l’avion heurte une dune et s’écrase dans le désert de Lybie.


A voir

  • Aéroport de Paris – Le Bourget ; RER B : Le Bourget puis le bus ligne 152 Bus 152 et 350 Porte de la Villette : arrêt Diderot Bus 152 et 350 Gare de l’Est, Gare du Nord, Porte de la Chapelle : arrêt Musée de l’Air et de l’Espace

Saint-Germain-des-Prés

Paris 06

Dés son arrivée à Paris en 1917 et jusqu’au moment où il quitte la France en 1940, Antoine de Saint-Exupéry est un habitué du quartier Saint-Germain-des-Prés, lieu mythique de la vie intellectuelle parisienne. Il y passe presque quotidiennement et s’arrête à la brasserie Lipp, au Café de Flore ou aux Deux Magots, plus à l’aise pour écrire que chez lui. Alors qu’il est en retard à son rendez-vous avec Jean Prévost de la Nouvelle Revue Française, c’est à la caisse des Deux Magots, qu’il dépose le manuscrit de L’Aviateur (son premier p a être publié), à l’attention de son ami qui doit le récupérer.


A voir

  • Brasserie Lipp, 151 Boulevard St Germain, 75006 Paris
  • Les Deux Magots, 6 place Saint-Germain-des-Prés, 75006 Paris
  • Café de Flore, 172 Boulevard St Germain, 75006 Paris

Brasserie La Coupole

Paris 14

Antoine de Saint-Exupéry est sans doute un des plus assidus fêtards de l’intelligentsia parisienne des années 1930. Il fait le tour des troquets ouverts jusqu’à l’aube en compagnie de ses amis Léon Paul Fargue, Jean Prévost, André Beucler ou Joseph Kessel. Il se plaît au « bar américain » ou sous « la coupole » de ce vaste restaurant-brasserie inauguré en 1927. La Coupole est le repère de nombreux intellectuels et artistes dont certains des plus célèbres, ont contribué à la décoration de la salle classée monument historique depuis 1988


A voir

  • La Coupole, 102 Boulevard du Montparnasse, 75014 Paris

Le Musée des Lettres et Manuscrits

Paris 06

Dans un bâtiment riche d’histoire, le Musée des Lettres et Manuscrits conserve les Lettres à l’inconnue et un chapitre majeur de Terre des Hommes intitulé Au centre du désert. Il possède également un album de 51 dessins d’Antoine de Saint-Exupéry, réalisés dans les années 1930 au crayon de couleur et à la plume. En 2010, le musée fait l’acquisition de l’unique film en couleurs connu, montrant Saint-Exupéry au cours d’une croisière sur un lac non loin de Montréal en 1942. Le musée possède bien d’autres petits trésors relatifs à Saint Exupéry à découvrir lors des expositions régulièrement renouvelées.


A voir

  • Musée des Lettres et Manuscrits, 222 boulevard Saint-Germain, 75006 Paris

Mémorial de la déportation

Paris 04

Situé à l’extrémité Est de l’île de la Cité, derrière la cathédrale Notre Dame, le Mémorial des martyrs de la déportation a été inauguré le 12 avril 1962 par le général de Gaulle. Sur les murs de la crypte, des citations d’auteurs français résistants tels Louis Aragon, Paul Eluard ou Robert Desnos et bien sûr Antoine de Saint-Exupéry accompagnent le recueillement des visiteurs.


A voir

  • Mémorial des martyrs de la déportation, Square de l’Ile de France, 75004 Paris

École des Beaux Arts

Paris 06

Après son échec à l’École navale, Antoine de Saint-Exupéry, s’inscrit comme auditeur libre à l’École des Beaux Arts de Paris, en section d’architecture – métier vers lequel le pousse sa mère. Il fait la connaissance de Bernard Lamotte auquel il restera lié. Bernard Lamotte fait partie du groupe d’écrivains et d’artistes avec lesquels il fait la fête dans les boîtes de Paris. En 1935, Bernard Lamotte quitte la France pour les États-Unis où Antoine de Saint-Exupéry le retrouve en 1941. En 1942, Bernard Lamotte réalise une série d’illustrations pour Flight to Arras (Pilote de guerre) exposés dans les vitrine des librairies new-yorkaises au moment de la sortie du livre.


A voir

  • École des Beaux Arts, 14 Rue Bonaparte, 75006 Paris

Éditions Gallimard

Paris 07

La Nouvelle Revue française est fondée en 1908, par des passionnés dont André Gide et Jean Schlumberger. À la demande de ces derniers qui veulent associer une maison d’édition à la revue, Gaston Gallimard prend sa direction en 1911. À partir de 1919, la revue prend le nom de Gallimard et devient une des institutions les plus puissantes de la vie intellectuelle française du XXe siècle. Antoine de Saint-Exupéry rencontre les principaux rédacteurs de la NRF, André Gide, Jean Prévost, Gaston Gallimard, Charles du Bos et Ramon Fernandez, dans le salon de sa parente Yvonne de Lestrange mariée à Édouard de Trévise. À la recommandation de Jacques Rivière, directeur de la revue, Gaston Gallimard lit Manon, danseuse et L’Aviateur. Puis il propose au jeune auteur de publier ces ps dans un recueil de quatre nouvelles, et l’encourage à écrire les deux autres. Le projet reste sans suite. Gaston Gallimard propose finalement à Saint-Exupéry un contrat pour Courrier Sud, en février 1929, avec droit de préemption sur les prochains livres. Il devient ainsi l’éditeur exclusif d’Antoine de Saint-Exupéry qui signera quand même d’autres contrats, pendant l’Occupation, avec des éditeurs américains.


A voir

  • Éditions Gallimard, 5 rue Sébastien-Bottin, 75007 Paris

Hôtel La Louisiane

Paris 06

Dans les premières années de sa vie parisienne, malgré le soutien de sa famille, Antoine de Saint-Exupéry connait des mois difficile. En 1919, il habite pour quelques semaines une chambre modeste de l’hôtel La Louisiane, situé au 60 rue de Seine dans le 6e arrondissement de Paris. La rue débouche sur le quai Malaquais où habite Yvonne et Èdouard de Trévise. Née de Lestrange, Yvonne est une cousine lointaine de sa mère, chez laquelle il se rend souvent.


A voir

  • Hôtel La Louisiane, 60 rue de Seine, 75006 Paris

9 Quai Malaquais

Paris 06

Après son échec à l’École Navale et occasionnellement par la suite, Antoine de Saint-Exupéry est logé chez Yvonne de Lestrange, cousine de sa mère, qui occupe un hôtel particulier quai Malaquai. En 1920, il occupe une petite chambre attenante à l’appartement accessible par un escalier en colimaçon et dont les fenêtres s’ouvrent sur la Seine et le Louvre. Désordonné et toujours la tête dans les nuages, la conduite du jeune homme ne choque pas ses hôtes qui mènent eux-mêmes une vie qui se veut bohème et au-dessus des conventions de leur classe sociale. C’est à cette époque, alors qu’il croise tous les jours des célébrités du monde littéraire qui lui montrent de la bienveillance, qu’il envisage pour la première fois une carrière littéraire. Il écrit en robe de chambre dans son lit comme Balzac. Son ami des Beaux Arts, Bernard Lamotte, lui rend souvent visite, fait des croquis.


A voir

  • Hôtel particulier, 9 Quai Malaquais, 75006 Paris

7 rue de Verneuil

Paris 07

En 1923 pendant les mois qui suivent la fin de son service militaire, Antoine de Saint-Exupéry écrit à sa mère « j’attends de jour en jour une décision au sujet de ma situation ». Dans cette période d’incertitude quant à son avenir, il loge parfois chez sa tante Amicie (née de Saint-Exupéry), mariée à Sidney Churchill. Déjà lorsqu’ils vivaient au Mans, Amicie Churchill recevait régulièrement sa belle soeur et ses fils, Antoine et François. À Paris, les Churchill ont un appartement rue de Verneuil où Antoine leur rend régulièrement visite.


A voir

  • Immeuble, 7 rue de Verneuil, 75007 Paris

22 rue Vivienne

Paris 02

Ayant promis à sa fiancée, Louise de Vilmorin, de renoncer à une carrière d’aviateur, Antoine de Saint-Exupéry trouve un travail aux Tuileries Boiron, à la fin de son service militaire en 1923. Il est contrôleur de fabrication et chaque jour il se rend dans les bureaux de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Il n’aime guère ce travail et se renferme dans ses soucis. Il loge dans une chambre meublée rue Vivienne qu’il quitte pour aménager 12 rue Petit dans le 19e arrondissement, chez son ami le capitaine Priou.


A voir

  • Immeuble, 22 rue Vivienne, 75002 Paris

12 rue Petit

Paris 02

Fin 1924, dans les mois qui suivent les fiançailles rompues avec Louise de Vilmorin, Antoine de Saint-Exupéry habite pour un temps dans le 19e arrondissement, chez le capitaine Priou. Ils se sont liés d’amitié pendant leur séjour en Afrique. « La vie avec Priou est adorable parce qu’il a le meilleur caractère du monde. Malheureusement, nous rendons le 15 octobre [1924] l’appartement, et il va falloir en chercher un autre ». Il préside dans une petite baraque à la foire de Paris rue du Carreau du Temple dans le 3e arrondissement où ses amis viennent lui rendre visite. Il travaille « par petites bribes » à son « roman » dont il lit des passages à son ami Louis de Bonnevie. Il écrit a sa mère : « Mon roman mûrit page par page. (…) je le crois tout à fait neuf ».


A voir

  • Immeuble, 12 rue Petit, 75019 Paris

Hôtel Titania

Paris 02

Engagé avec un petit salaire comme représentant des camions Saurer, Antoine de Saint-Exupéry sillonne la France et pour arrondir ses fins de mois, il est pilote d’agrément de la Compagnie aérienne française. Il vit à l’hôtel Titania un établissement bon marché de la porte de Clignancourt, tout près du quartier de Monmartre. Il ne s’y plaît guère. Sa chambre avec cabinet de toilette, au 4e étage, donne sur une façade. Il ne déjeune pas toujours, préférant s’acheter un paquet de Craven. Il réussit à convaincre son ancien camarade de régiment, Jean Escot, de venir habiter avec lui. Pendant deux années, de 1924 à 1926, Jean Escot reçoit les confidences d’Antoine de Saint-Exupéry qui lui fait part de ses projets littéraires. Censé le réveiller le matin pour le faire partir à son travail, il a beaucoup de mal à le tirer son lit. Rien d’étonnant. Ils passent leurs soirées au cinéma (Saint-Exupéry quitte la salle si le film ne lui plaît pas), au théâtre et dans des salles de concerts. Et aussi, ils fréquentent les restaurants et les bistrots qui restent ouverts jusqu’à l’aube. En 1926, Antoine de Saint-Exupéry quitte le Titania pour rejoindre Toulouse, où il est engagé par la Compagnie Latécoère.


A voir

  • L’hôtel Titania a été rebaptisé hôtel Ibis Ornano, 70 bis boulevard Ornano, 75018 Paris

10 rue Castellane

Paris 08

Son roman Vol de nuit emporte un franc succès et Antoine de Saint-Exupéry reçoit le prix Fémina en décembre 1931. L’ouvrage se vend à plus de 150 000 exemplaires, il est adapté pour le cinéma et inspire même Jacques Guerlain qui lance un parfum du même nom. Plus confiant dans l’avenir de ses finances, Antoine de Saint-Exupéry loue un appartement au 10 rue de Castellane dans le quartier très chic de La Madeleine. Il dépense beaucoup, presqu’autant que sa femme, Consuelo, et il n’arrive pas toujours à payer son loyer à terme. Il écrit peu, davantage attiré par le cinéma. cependant, il se laisse convaincre de donner à la presse quelques articles : il signe dans la NRF une description de Punta Arenas en Argentine et il publie plusieurs articles sur l’aviation dans Marianne.


A voir

  • Immeuble, 10 rue Castellane, 75008 Paris

5 rue de Chanaleilles

Paris 07

Début juillet 1934, Antoine de Saint-Exupéry loue un appartement au 5 rue de Chanaleilles, Paris 7e, à mi-chemin entre l’Esplanade des Invalides et les éditions Gallimard. N’ayant pas payé son loyer, il est expulsé de cet appartement en février 1936.


A voir

  • Immeuble, 5 rue de Chanaleilles, 75007 Paris

5-7 rue Montalembert

Paris 07

Revenu à la fin de l’année 1935 d’une tournée de conférences au Proche Orient, Antoine de Saint-Exupéry préfère ne pas s’installer rue Chanaleilles où le concierge le guette pour lui rappeler qu’il n’a pas payé le loyer. Il rejoint Consuelo qui habite l’hôtel du Pont Royal, situé à deux pas des éditions Gallimard, et dont les auteurs fréquentent assidûment le restaurant et le bar du sous-sol. C’est à l’hôtel du Pont Royal qu’Antoine de Saint-Exupéry prépare son raid Paris-Saigon, dont il prend le départ le 29 décembre. C’est ici que Consuelo apprend dans la nuit du 30 la disparition de son mari. C’est ici qu’elle reçoit ceux venus la réconforter, puis faire la fête avec elle lorsqu’on apprend qu’Antoine de Saint-Exupéry est sain et sauf


A voir

  • Hôtel du Pont Royal, 5-7 rue Montalembert, 75007 Paris

45 boulevard Raspail

Paris 06

Sélectionné pour les deux principaux prix littéraires français, le Goncourt et le Fémina, Antoine de Saint-Exupéry reçoit finalement Le Femina en décembre 1931 pour Vol de nuit. La Compagnie Aéropostale lui accorde un congé exceptionnel pour lui permettre de se rendre à Paris et recevoir son prix À Paris, il s’installe à l’hôtel Lutetia, réputé pour son faste art déco et pour accueillir dans ses chambres, au restaurant ou au bar la fleur de l’intelligentzia parisienne et des artistes de renom. Il n’y reste que quelques jours, le quittant pour se rendre avec Consuelo à Saint-Maurice-de-Rémens et passer Noël en famille. Début février 1936, le couple prend de nouveau ses appartements à l’hôtel Lutetia. Antoine de Saint-Exupéry et Consuelo viennent d’être expulsé de leur appartement de la rue Chanaleilles dont ils ne payaient plus le loyer depuis des mois. Ils logent un temps à l’hôtel, avant de louer un appartement place Vauban où ils déménagent le 1er avril 1936.


A voir

  • Hôtel Lutetia, 45 boulevard Raspail, 75006 Paris

15 place Vauban

Paris 07

Le 1er avril 1936 Antoine de Saint-Exupéry emménage dans un appartement moderne, avec terrasse, place Vauban. Il le meuble que très sommairement ,craignant une saisie d’huissiers pour impôts impayés. Son bureau est une simple planche de bois sur des tréteaux. Un escalier le sépare de l’appartement de Consuelo qui occupe l’étage du dessous. Fauchés, les Saint-Exupéry ont quand même un majordome, Boris, qu’ils envoient faire les courses en taxi.


A voir

  • Immeuble, 15 place Vauban, 75007 Paris Une plaque rappelle qu’Antoine de Saint-Exupéry a habité cet immeuble de 1934 à 1940 (date inexact).

52 rue Michel-Ange

Paris 16

Début 1938, Antoine de Saint-Exupéry est victime d’un grave accident au décollage de son Simoun à Guatemala City. Il passe des semaines à l’hôpital de la ville et finit sa convalescence à New York. Revenu en France au début de l’été, il est une nouvelle fois à court d’argent pour cause d’arriérés d’impôts, conséquence des frais médicaux suite aux séquelles de son accident de Guatemala, et aussi des loyers impayés. Il assume les dépenses de son épouse Consuelo, mais le couple vit pratiquement séparé. Il loue pour lui un studio rue Michel-Ange dans le 16e arrondissement et pour Consuelo un atelier dans le 7e arrondissement.


A voir

  • Studio, 52 rue Michel-Ange, 75016 Paris

24 rue Barbet-de-Jouy

Paris 07

En 1938, Antoine de Saint-Exupéry vit pratiquement séparé de sa femme Consuelo, dont il couvre toujours les frais. Pour Consuelo, qui s’est toujours considérée peintre et sculpteur, il loue un atelier rue Barbet-de-Jouy. Il est situé à deux pas de l’appartement de la place Vauban qu’ils viennent de quitter. Pour lui, il loue un studio dans la rue Michel-Ange.


A voir

  • Immeuble, 24 rue Barbet-de-Jouy, 75007 Paris

Le Boeuf sur le toit

Paris 08

Le Bœuf sur le Toit est un des plus célèbres cabarets parisiens d’entre les deux guerres. Antoine de Saint-Exupéry le fréquentait en compagnie d’un bande de copains dont Léon Paul Fargue, Jean Prévost, André Beucler, Joseph Kessel ou Bernard Lamotte, entre autres. Entre 1922 et 1941, il a changé plusieurs fois d’adresse, toujours dans le 8e arrondissement : 1922 : 28 rue Boissy-d’Anglas. 1928 : 33 rue Boissy-d’Anglas. 1928 (fin) : 26 rue de Penthièvre. 1936 : 41 bis avenue Pierre-Ier-de-Serbie. De 1941 jusqu’à aujourd’hui : 34 de la rue du Colisée.


A voir

  • Le Boeuf sur le Toit, 34 de la rue du Colisée, 75008 Paris

Patagonie (Argentine)

En tant que chef d’exploitation de l’Aeroposta Argentina, Antoine de Saint-Exupéry fait les repérages et prend les dispositions nécessaires pour l’ouverture de lignes aéropostales dans la partie méridionale de l’Amérique du Sud. Il met en place la prolongation de la ligne reliant Buenos Aires à Comodoro Rivadavia puis jusqu’à Punta Arenas, ville chilienne située en Terre de feu. Il effectue de nombreux vols de reconnaissance au-dessus de la Patagonie. Il s’occupe aussi de l’aménagement des bases aériennes de Trelew et de Bahia Blanca. Dans son article « Escales de Patagonie » publié le 30 novembre 1932 dans Marianne, il évoque plusieurs des localités visitées à cette occasion : Comodoro Rivadavia, Puerto Descado, Tio Callegos, Puerto San Julian.


A voir

  • Trois aiguilles portent les noms d’aviateurs : Aguja Guillaumet (2 579 m) Aguja Mermoz (2 732 m) Aguja Saint-Exupéry (2 558 m)

Petite France à Gapyung (Corée du Sud)

Admirateur de la France et d’Antoine de Saint-Exupéry, M. Han a voulu réunir ses deux passions. Il a entrepris la construction d’un village insolite « Petite France » dédié à la culture français et à l’auteur du Petit Prince inauguré en 2009. Petite France se trouve à Gapyung, situé à 60 km de Séoul, compter environ une heure de route. Le village met l’art de vivre à la française sous le signe du Petit Prince, emblème spirituel du site. Le Petit Prince accueille les visiteurs dés l’entrée du village et les accompagne dans les rues. Les autres personnages du conte sont également représentés sous forme de statues érigées sur les places ou de fresques sur les murs des maisons. Des spectacles ayant pour thème Le Petit Prince sont régulièrement proposés.


A voir

  • Le St Ex Memorial Hall, est une maison de trois niveaux qui abrite une exposition permanente consacrée à Antoine de Saint-Exupéry, sa vie, son temps, son œuvre.

Région lyonnaise

Lyon (France)

Antoine de Saint-Exupéry est né à Lyon 2e, au 3ème étage du 8 rue du Peyrat. La rue reçoit le nom d’Antoine de Saint-Exupéry le 29 juin 2000, à l’occasion des nombreuses célébrations liées au centenaire de sa naissance. À cette occasion, est dévoilé place Bellecour, le monument qui rend hommage au Petit Prince et à son auteur.


A voir

  • 8 rue Antoine de Saint-Exupéry, une plaque commémorative indique la maison natale de Saint-Exupéry.
  • Place Bellecour, un groupe statuaire dû à Christiane Guillaubey représente le Petit Prince debout posant la main sur l’épaule d’Antoine de Saint-Exupéry assis en haut d’une stèle de 5,5 m de haut.
  • À l’aéroport international de Lyon Saint-Exupéry, un buste-stèle de l’écrivain, œuvre de Jean Letourneur, se trouve dans le salon d’honneur.

 

Saint-Maurice-de-Rémens (France)

Antoine de Saint-Exupéry est baptisé le 15 août 1900 dans la chapelle du château de Saint-Maurice-de-Rémens. Il appartient à la comtesse de Tricaud qui à sa mort, en 1920, le laisse en héritage à sa petite nièce, Marie de Saint-Exupéry, la mère de l’écrivain. C’est ici que la famille se
réunit régulièrement pendant les vacances. Pour Antoine de Saint-Exupéry le château et le parc qui l’entoure sont l’univers merveilleux de l’enfance. Confrontée à des difficultés financières, Marie de Saint-Exupéry vend en 1932 le château à la ville de Lyon et Antoine aide sa mère à le
déménager. Marie de Saint-Exupéry s’installe à Cannes puis dans une petite maison à proximité du village de Cabris (Alpes-Maritimes) en 1938. Elle y demeure jusqu’à son décès en 1972. En 2009, la ville de Saint-Maurice-de-Rémens achète le château avec le projet d’y installer un musée
dédié à Antoine de Saint-Exupéry.


A voir

  • Le château et le parc ne se visitent pas. Néanmoins, depuis plusieurs années, un hommage est organisé vers le 31 juillet, jour de la disparition de Saint-Exupéry.
  • Au cimetière, se trouve le caveau familial des Tricaud et des Saint-Exupéry.
  • Place de la mairie, le nom d’Antoine de Saint-Exupéry est inscrit sur le monument aux morts.
  • Dans l’église du village, la famille assistait à la messe le dimanche et les jours de fêtes religieuses.

Ambérieu-en-Bugey (France)

À une soixantaine de kilomètres de Lyon, et à seulement sept kilomètres du château de Saint-Maurice-de-Rémens où Antoine de Saint-Exupéry passe ses vacances, la petite ville d’Ambérieu-en-Bugey possède un champ d’aviation à Bellièvre. Il a été inauguré le 31 mai 1910. Là, les frères
Wroblewski-Salvez construisent et expérimentent leurs appareils. C’est sur l’un d’eux, piloté par Gabriel Wroblewski, qu’Antoine de Saint-Exupéry reçoit le baptême de l’air en juillet 1912. Attaché à ce lieu, Antoine de Saint-Exupéry y reviendra avec son Simoun. Dans la gare ferrovière
d’Ambérieu, sa mère met en place une infirmerie, par où transitent les blessés de la Première Guerre mondiale venant du front.


A voir

  • En 1994, le club aéronautique du Bugey ajoute à son nom celui de Saint-Exupéry. Une plaque est apposée sur le bâtiment de l’aéroclub en souvenir de son baptème de l’air.

Villefranche-sur-Saône (France)

A la rentrée scolaire 1914, les frères Antoine et François de Saint-Exupéry sont inscrits comme pensionnaires chez les pères Jésuites de Notre-Dame-de-Montgré à Villefranche-sur-Saône (Rhône). La guerre vient d’éclater et leur mère a décidé de les inscrire dans un établissement proche de Saint-Maurice-de-Rémens où est réunie la famille. Antoine s’y ennuie et les deux frères quittent cet établissement à la fin du premier trimestre.


A voir

  • Notre-Dame-de-Mongré, 276 avenue Saint-Exupéry 69652 Villefranche-sur-Saône

 

Saigon (Hô-Chi-Minh-Ville) (Indochine)

Air France envoie Antoine de Saint-Exupéry en mission d’étude à Saigon (ancien nom de Hô-Chi-Minh-Ville au Vietnam) en juillet 1934. Il retrouve sa sœur Simone, conservateur aux Archives et Bibliothèques de l’Indochine française. Il sollicite la direction locale d’Air France qui met à sa disposition un hydravion dont il prend les commandes pour visiter Angkor. Mais un dysfonctionnement de l’appareil l’oblige à d’amérrir sur le Mékong. Malade, il quitte le Vietnam vraissemblablement dans les premiers jours d’août 1943.

Saint-Louis du Sénégal (Sénégal)

Dernière escale sur la route Casablanca-Dakar, Saint-Louis du Sénégal devient le div de départ des hydravions vers l’Amérique du sud vers 1930. La disposition spéciale du fleuve Sénégal qui coule sur une vingtaine de kilomètres séparé de l’océan par une bande de terre étroite, offre un plan d’eau tranquille où les appareils peuvent se poser sans difficulté. Antoine de Saint-Exupéry et les autres pilotes de l’Aéropostale aiment cette petite localité pittoresque. Ils sont hébergés soit en dehors de la ville dans les bâtiments de l’Aéropostale, soit à l’entrée de la ville historique à l’hôtel de la Poste. Inscrite sur la liste du patrimoine mondial établie par L’UNESCO, la ville de Saint-Louis du Sénégal est le terme d’un prestigieux rallye aéronautique dont le div de départ est Toulouse. En hommage à l’aviateur qui faisait autrefois escale ici et à l’auteur du Petit Prince, une école élémentaire porte le nom d’Antoine de Saint-Exupéry.


A voir

  • Hôtel de la Poste, est située au bord du fleuve Sénégal sur l’île Saint-Louis. Il est accessible depuis le continent en traversant le pont Faidherbe.

Strasbourg (France)

En 1921, Saint-Exupéry est incorporé au 2e Régiment d’aviation de chasse (le 2e R.A.C.) de Strasbourg pour faire son service militaire. Il loue une chambre au n° 12 du 22 Novembre bien qu’il soit obligé de passer ses nuits à la caserne Guynemer de Strasbourg-Neuhof où se trouve l’aéroport militaire. Il prend des leçons de pilotage avec Robert Aéby, employé de la compagnie civile Transaérienne de l’Est.


A voir

  • 12 de la rue du 22 Novembre, une plaque rappelle le séjour d’Antoine de Saint-Exupéry à Strasbourg.
  • À l’aéroport international de Strasbourg-Entzheim, dans le hall d’entrée, se trouve une statue représentant Antoine de Saint-Exupéry en compagnie du Petit Prince, oeuvre de Maurice Frantzen.

Toulouse (France)

En octobre 1926, Antoine de Saint-Exupéry est recruté par Didier Daurat, chef d’exploitation de la compagnie Latécoère basée à Toulouse-Montaudran. Il loge à l’hôtel du Grand Balcon au coeur de la place du Capitole. Modeste pension de famille tenue par trois sœurs (Lucie, Henriette et Risette Marquès), le Grand Balcon devient le repère des héros de l’Aéropostale. Mermoz occupe la chambre 20 et Saint-Exupéry la 32 où il s’endort souvent dans la baignoire. En 1949, Henri Decoin réalise un film intitulé Au Grand Balcon dont le scénario est signé par Joseph Kessel et Marcel Rivet. Ce film est un hommage aux constructeurs d’avions et aux aviateurs de l’Aéropostale dont l’épopée est l’une des pages les plus glorieuses de l’histoire de l’aviation.


A voir

  • Hôtel du Grand Balcon, 8-10 rue Romiguières 31000 Toulouse. Les Bâtiments de France ont classé la chambre 32 de Saint-Exupéry comme lieu de mémoire. Elle a été restaurée à l’identique
  • Jardin Royal, rue du 8 Mai 1945, allée Jules Guesde est exposée une statue représentant Saint-Exupéry réalisée par Madeleine Tezenas du Montcel.
  • L’avenue Saint-Exupéry mène à Montaudran où se trouvaient l’aérodrome de l’Aéropostale et les ateliers Latécoère. Au bas de l’avenue, sous le pont SNCF, une grande fresque réalisée en 2009 rend hommage à Saint-Exupéry.

Wadi Natrum (Egypte)

En 1935, Antoine de Saint-Exupéry veut tenter d’emporter la prime de 150 000 Francs offerte par le ministère de l’Air sur le raid Paris-Saigon. Il compte battre le record de 98h52 établi en début d’année par André Japy. Il est confiant dans ses qualités de pilote et dans celles de son appareil : le Simoun F-ANRY. Avec son mécanicien, André Prévot, ils décollent de l’aéroport du Bourget le 29 décembre 1935 à 07h01. Ils passent par Melun, Nevers, Lyon, Marseille, Tunis et Benghazi. Le 30 décembre à 2h45 du matin, perdus au milieu d’une masse de nuages épais et dans l’impossibilité d’établir avec précision leur position, ils descendent très bas sous le plafond nuageux dans l’espoir d’apercevoir les lumières du Caire. C’est alors, qu’ils heurtent une dune et l’avion s’écrase dans le désert de Wadi Natrum, situé à plus de 200 km du Caire. Trop endommagé, le Simoun ne peut pas être réparé. Les appareils envoyés aussitôt pour les secourir cherchent ailleurs l’épave à moitié ensevelie dans le sable. À bout de forces après avoir marché dans le désert, épuisés par la soif, ils sont retrouvés miraculeusement trois jours plus tard par une caravane de Bédouins.

Westport (Connecticut, Etats-Unis)

Exilé aux État-Unis depuis décembre 1940, Antoine de Saint-Exupéry veut fuir l’atmosphère délétère qui règne parmi les français de New York. En 1942, il trouve refuge à Westport, petit village balnéaire du Connecticut. Le village est à la mode depuis que Scott et Zelda Fitzgerald y passèrent leur lune de miel une vingtaine d’années plus tôt. Consuelo, qui rejoint son mari en janvier 1942, ne s’y plaît guère et part à la recherche d’une maison plus vaste où elle puisse recevoir ses amis pendant que son mari écrit. Après quelques mois de recherches, elle trouve une maison à Northport, où le couple déménage.