Cérémonie navale et aérienne dans la cité phocéenne

Cérémonie navale et aérienne dans la cité phocéenne

Body: 

À Marseille le 31 juillet 2010, près de 400 personnes ont participé aux commémorations pour le 65e anniversaire de la disparition de Saint-Exupéry. 

 
À cette occasion, plusieurs bateaux avaient été affrétés pour se rendre vers l'île de Riou. Les personnalités françaises et étrangères ont embarqué à bord du Chasseur de Mines L'Orion. Le colonel Wilhelm Goebel, de l'association des pilotes des forces armées allemandes, avait fait le déplacement. Des couronnes à la mémoire de l'aviateur ont été lancées à la mer. 
 
L’hommage s’adressait également à tous les pilotes disparus pendant la seconde guerre mondiale. Un défilé aérien avec la patrouille de France est venu clore la cérémonie. Trois Mirage 2000 de la base aérienne d'Istres (Bouches-du-Rhône), un Noratlas (avion de transport français de l'immédiat après-guerre) et surtout un Lightning P-38 (l'avion de la dernière mission de Saint-Exupéry) ont sillonné le ciel.
 
De retour à l’hôtel de ville, Jean-Claude Gaudin, a remis la Grande Médaille de la Ville de Marseille à François d'Agay. Puis  la plaque commémorative a été dévoilée. Elle sera posée sur l'îlot du Grand Congloué, non loin du lieu où a été découvert l’épave de l’avion.
 
INSCRIPTION PORTEE SUR LA PLAQUE
« Nous sommes solidaires, emportés par la même planète, équipage d'un même navire. » Terre des hommes, ch. VIII
AU COMMANDANT ANTOINE DE SAINT-EXUPERY
ABATTU EN SERVICE AERIEN COMMANDE LE 31 JUILLET 1944
ET A TOUS LES PILOTES DISPARUS AU COURS DE LA SECONDE GUERRE MONDIALE
LA VILLE DE MARSEILLE, 31 JUILLET 2009, IN MEMORIAM
 
ILS ONT DECLARE
Hubert Falco, secrétaire d'Etat à la défense « Antoine de Saint-Exupéry symbolise la liberté » et de rappeler « Aujourd'hui, nous rendons l'hommage d'une ville et de la République à un homme qui a incarné les valeurs qui unissent les Français ».
 
Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille « Le commandant Antoine de Saint-Exupéry a perdu la vie en service commandé dans la rade de Marseille. Cela nous donne des responsabilités envers sa mémoire. »
 
François d'Agay, représentant les héritiers « Pendant soixante ans, nous sommes restés dans le mystère, mais tout a changé aujourd'hui grâce à une gourmette puis à une épave qui ont permis d'identifier le lieu où Saint-Exupéry est mort, son ultime sépulture. C'est la première fois que nous pouvons nous recueillir sur le théâtre du dernier acte d'une destinée exceptionnelle. » 
Image: 
Partager :