Le groupe 2/33 (1939-1940)

Le groupe 2/33 (1939-1940)

Dans les jours qui suivent la déclaration de guerre de la France à l’Allemagne le 3 septembre 1939, Antoine de Saint-Exupéry est mobilisé. Il est affecté à la base de Toulouse-Francazal dans une unité de bombardiers où il doit suivre des cours de formation. Cette situation à l'arrière lui déplaît : il veut voler.

Volontaire pour la chasse, il est cependant refusé à la visite médicale en octobre 1939. Fin novembre, malgré ses 39 ans et son état de santé, il obtient enfin d'être affecté au 2/33, le groupe de reconnaissance basé à Orconte (dans la Marne) qui vole sur une quinzaine de Potez 63. C'est dans la vieille ferme, reconvertie en PC, que Saint-Exupéry retrouve le 2 décembre 1939 l'escadrille La Hache à Orconte. Le capitaine Antoine de Saint-Exupéry est immédiatement mis dans le bain par le lieutenant Gavoille, chargé de son instruction qui dira : «  Bien que n’ayant pas l’expérience des avions modernes, Saint-Exupéry s’adapte très facilement au Potez 63-7 ». Ce mois de décembre 1939 est particulièrement vigoureux. Les sorties sont rares et réfrigérantes : Saint-Exupéry vole à 10 000 mètres par moins 51 degrés dans des combinaisons chauffantes.

Le 18 janvier 1940, le 2/33 est transféré à Monceau-le-Waast et est confié au commandement d'Henri Alias. Les mois suivants, la situation de Saint-Exupéry est plus délicate et il doit plaider pour son maintient dans le groupe 2/33. Son âge et ses erreurs de pilotage jouent contre lui. Cependant, ses arguments convainquent et pendant tout le mois de mars il essaye et convoie les nouveaux Bloch 174 qui sortent des chaînes. La guerre éclair se poursuit et le 2/33 doit constater la progression allemande dans les Ardennes. Le 10 mai 1940 les troupes allemandes attaquent la Belgique. Presque tous les pilotes sont en permission ! Saint-Exupéry rejoint son unité qui, du Bourget (17-21 mai 1940), puis d'Orly (21 mai 1940) et enfin de Nangis (3-10 juin 1940) multiplie les reconnaissances au-dessus d'Arras, d'Amiens, de Péronne, de Soissons, de Château-Thierry. Ces missions lui offrent la trame de son livre Pilote de guerre et la mission du 23 mai 1940 au-dessus d’Arras lui fournit le titre anglais Flight to Arras. Mi-juin 1940, le capitaine Alias fait partir ses escadrilles vers l'Afrique du Nord. Saint-Exupéry convoie un Farman et, via Perpignan, rejoint Oran et Alger. Il poursuit vers Mers el Kébir où il se trouve le 3 juillet 1940 lorsque la Royal Navy attaque la flotte française. Démobilisé le 4 août 1940, Saint-Exupéry embarque pour rejoindre la France. Et le 21 décembre 1940, il part en exil aux États-Unis.