Pilote de la Ligne (1931-1932)

Pilote de la Ligne (1931-1932)

Saint-Exupéry rentre en France en février 1931. À la suite d'un scandale politico-financier, l'Aéropostale est mise en liquidation judiciaire en juin 1931. La compagnie licencie une partie du personnel et supprime le service sur cinq lignes. Solidaire de Didier Daurat et de Beppo de Massimi, Saint-Exupéry ne retourne pas en Amérique du Sud. Il est affecté au transport de nuit entre Casablanca et Port-Etienne.

 

Les difficultés de l’Aéropostale qui a déposé le bilan et dont un conseil d’administration provisoire gère les affaires courantes entraînent le changement d’affectation d’Antoine de Saint-Exupéry. À la fin de son congé qu’il a prolongé en raison de son mariage avec Consuelo Suncin, Antoine de Saint-Exupéry reprend les vols de nuit sur les lignes africaines. Il achemine le courrier venu de France sur la ligne Casablanca-Port Etienne sur LATE 26. Le couple s’installe à Casablanca où Saint-Exupéry fait la connaissance de Jean-Gérard Fleury, Joseph Kessel et du docteur Henri Comte qui habite Anfa.

 

Paru en octobre 1931, son nouveau roman Vol de nuit est bien reçu par la critique et couronné du prix Femina. Mais Antoine de Saint-Exupéry est contesté par ses camarades. Ils lui reprochent une notoriété d’aviateur autrement importante que la leur, qui ne se doit pas à des exploits aéronautiques mais à ses livres dont la qualité ne remplace pas celle de pilote. Désargenté en dépit du succès de son livre, il reprend son travail. En février 1932, il assure la liaison postale Marseille-Alger et en août 1932 il est détaché à Casablanca. Cependant, sa présence dérange. De très nombreux pilotes (à l’exception de ses anciens amis qui lui restent fidèles) souhaitent son départ, appuyés par la nouvelle direction qui le relève de ses fonctions.

 

Il rentre à Paris et commence à écrire des articles pour Marianne, la revue de Gaston Gallimard. Il y fait l’éloge de l’Aéropostale et de Didier Daurat, cible d’un certain nombre d’attaques infâmes. Ses articles laissent croire qu’il s’implique dans une polémique qui n’est pas la sienne. À coup de faux documents, de révélations partisanes, de mensonges et de calomnies une poignée d’hommes d’affaires et de politiques créé de toutes pièces le scandale de l’Aéropostale dans le but d’affaiblir la compagnie dont certains veulent s’approprier les biens et les profits.

 

Fin 1932, il est engagé comme pilote d’essai par Pierre-Georges Latécoère qui construit des hydravions. Le 21 décembre 1933, d’Antoine de Saint-Exupéry a un accident sur un LATÉ 293 en rade de Saint-Raphaël qui faillit lui coûter la vie et met fin à son activité de pilote d’essai.